1. Sup'Internet : 3 filières pour 3 familles de métiers
Bancs d’essai

Sup'Internet : 3 filières pour 3 familles de métiers

Envoyer cet article à un ami

Les écoles menant aux métiers du Web ont le vent en poupe. Après le raz de marée de la rentrée 2011, qui a vu naître 3 écoles de commerce centrées sur les métiers de l’Internet, 3 nouvelles écoles spécialisées ont été créées fin 2012. À quoi proposent-elles de se former ? Analyse et revue de détail, établissement par établissement, de ce qui vous y attend. En partenariat avec FrenchWeb, le magazine des professionnels du Web.

Le concept

SUP’Internet est une école en 3 ans accessible après le bac lancée à la rentrée 2011 par le groupe Ionis Éducation, le groupe d’enseignement supérieur privé le plus important en France. Ionis possède par exemple les écoles de commerce ISG et ISEG, l’école d’informatique Epitech, l’école d’ingénieurs EPITA, l’école de création numérique e-artsup. SUP’Internet est actuellement basée au Kremlin-Bicêtre (94), à côté de Paris, sur un campus de 25.000 m2 partagé notamment avec EPITA et Epitech. Courant 2014, l’école s’installera dans le nouveau campus numérique et créatif de Ionis, dans le quartier du Marais, à Paris, avec l’ISEG et e-artsup.

Au programme

SUP’Internet propose de choisir parmi 3 filières, dès la 1re année : développement et technologies du Web, création et design Web, ou business et marketing Internet. La 1re filière est très technique : cours de programmation, conception de sites ou d’applications pour téléphone mobile, langage java, techniques de référencement… La 2e filière est la plus artistique de toutes, avec des cours de dessin, de retouche d’images, de design, de modélisation, de 3D, de PAO (production assistée par ordinateur). La 3e filière est celle qui s’apparente le plus à ce qui est proposé par l’EEMI : économie du Net, webmarketing, community management, e-business, etc.

Quelques cours sont communs aux 3 filières : anglais informatique, droit, connaissance de l’entreprise et techniques de bases du Web. En outre, la pédagogie de projet s’articule autour de sessions transversales intéressant les 3 cursus, dans lesquels chaque étudiant apporte les compétences spécifiques à sa propre filière. En dernière année, les étudiants passeront 4 jours sur 6 en stage en entreprise. Ils suivront par ailleurs 12 sessions de spécialisation sur 2 à 3 jours.

Le tarif

Comptez 5 950 € pour la 1re année et 6 500 € pour chacune des 2 années suivantes. Il faut noter que SUP’Internet propose des bourses internes et des bourses d’honneur, attribuées par des entreprises partenaires.

La sélection

SUP'Internet est ouvert à tous les bacheliers des filières générales et technologiques et aux titulaires de certains bacs professionnels. Les meilleurs candidats sont admis sur leur seul dossier, les autres passent des oraux pour valider leur admission. En 2012, l'école a reçu 325 dossiers de candidature. Parmi les 169 étudiants admis, 107 ont confirmé leur inscription. Pour postuler, consulter le site de SUP'Internet.

Notre avis

Points forts
[+]
L’appartenance à Ionis permet à SUP’Internet de profiter de synergies avec les autres écoles du groupe : service carrière, bourses de stage, forums recruteurs… Et également d’une certaine expertise sur la pédagogie et les relations entreprises.
[+]
Effet campus très appréciable, notamment pour tout ce qui concerne la vie associative, les infrastructures (salles d’informatique…) ou encore l’équipement des salles.
[+]
Les locaux sont accessibles 24h/24, tous les jours.
[+]
Des places sont proposées dans une résidence étudiante attenante.


Points faibles
[-] Pas de séjour d’études à l’étranger.
[-] Mieux vaut que l’étudiant sache tout de suite vers quelle filière il souhaite s’orienter, car il lui faut faire son choix dès la première année.
[-] Non reconnue par l'État, elle ne permet donc pas de bénéficier d'une bourse du CROUS.

Sébastien, 23 ans : “L'école nous pousse à faire des projets tout au long de l'année”

Sebastien, Sup Internet

© ZIR

Sébastien, 23 ans, a intégré SUP'Internet après une licence d'économie et un master business international en Australie. Ce bachelier scientifique a longtemps hésité avant de choisir son école. "J'ai préféré m'inscrire dans un établissement qui appartenait à un groupe", témoigne-t-il. Aujourd'hui en 2e année de Bachelor design, il apprécie la spécialisation du cursus : "On découvre de nouveaux outils et l'école nous pousse à faire des projets tout au long de l'année."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Nouvelles écoles de l'Internet : avis aux futurs pros du Web L’EEMI : l’école fondée par des stars du Web Sup'Internet : 3 filières pour 3 familles de métiers L’ESCEN : une école de commerce purement Web La Web School Factory : le fruit de 3 écoles ECITV : pour allier Web et audiovisuel SupdeWeb : pour un cursus en anglais Bachelor TEM : la petite sœur high tech de Telecom école de management Quelles formations en dehors des écoles de l'Internet ?