Vrai/faux : 5 idées reçues sur l’informatique

publié le 23 Mars 2010
2 min

« Réservées aux bacheliers S », « très spécialisées » : les formations en informatique collectionnent les clichés et les idées fausses. Voici de quoi faire coller le virtuel à la réalité.

FAUX
Bien sûr, le bac S est un sésame pour intégrer un cursus en informatique, quel que soit son niveau. Pourtant, même dans les écoles d’ingénieurs où 9 élèves sur 10 sont titulaires d’un bac scientifique, quelques places sont réservées aux STI. À Villejuif (94), l’EFREI, s’ouvre aux titulaires d’un bac ES spécialité maths. Au niveau bac+4/5, les autres écoles d’infor­matique, comme l’EPSI, l’EXIA ou l’Epitech acceptent généralement tout type de bac. Pour mettre toute la promotion au même niveau sur le volet programmation, l’Epitech a mis en place une période de 3 semaines d’immersion, appelée "la piscine".

À bac+2, le BTS (brevet de technicien supérieur) informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques comptait, à la rentrée 2008, 74 % de bacheliers STI, 14 % de S et 11 % de titulaires du bac pro, tandis que dans le BTS informatique de gestion, les STG étaient majoritaires (52 %) suivis par les S (19 %), les STI (17 %) et les ES (9 %). En IUT (institut universitaire de technologie), la proportion s’inverse. Les 3/4 des étudiants qui préparent le DUT (diplôme universitaire de technologie) informatique sont titulaires d’un bac S.

Sylvie Lecherbonnier

Articles les plus lus

A la Une écoles spécialisées

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !