Un BTS commerce international ou comptabilité-gestion des organisations, ou un DUT GEA ou tech. de co.

publié le 21 Mai 2007
2 min

Dans les filières économiques et commerciales, les bacheliers S peuvent mettre à profit leur habileté à manier les chiffres et le calcul.

Sélectivité : normale
Charge de travail : forte


Les S sont très minoritaires
dans ces cursus bac + 2, puisque des formations plus prestigieuses leur sont accessibles. Citons néanmoins le BTS (brevet de technicien supérieur) commerce international (6 % d’inscrits viennent de S) ou le BTS comptabilité-gestion des organisations (5 % des effectifs). Si pour le premier diplôme, le bac S n’est pas le plus adapté (pas de maths, beaucoup de langues), il l’est davantage pour le second en raison de la nécessité de maîtriser les chiffres.

Un parcours souvent facile. Les S obtiennent d’excellents résultats en BTS (80 % de réussite en moyenne), grâce à leurs habitudes de travail et à leur culture générale. Leurs « lacunes » en économie ou en commerce peuvent donc être vite comblées. Ils s’en sortent aussi très bien en DUT (diplôme universitaire de technologie) GEA (gestion des entreprises et des administrations, 18 % de S inscrits), qui forme de futurs comptables ou des chargés de gestion. Leur niveau en maths constitue un plus indéniable compte tenu des cours de compta, de contrôle de gestion et d’analyse financière. En DUT techniques de commercialisation (11 % de S), les scientifiques se montrent performants grâce à leur niveau en statistiques ou en géographie. Après un BTS et, surtout, un DUT, poursuivre ses études (via une licence pro ou une admission parallèle en école de commerce) est fréquent.

Articles les plus lus

A la Une terminale

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !