1. C'est quoi, un lycée "alternatif" ?
Enquête

C'est quoi, un lycée "alternatif" ?

Envoyer cet article à un ami

Micro-lycée, collège-lycée expérimental, lycée autogéré... Une petite dizaine de lycées dits "alternatifs", publics ou privés, accueillent des jeunes qui ont "décroché" de l'école, mais aussi des élèves bien intégrés, à la recherche de méthodes d'enseignements "différentes". Visite au coeur de ces lycées pas comme les autres, mais ouverts à tous.

Au collège, Louise souffrait du mode de relation infantilisant imposé par ses profs. En dépit de résultats scolaires tout à fait corrects, elle " s'accrochait " souvent avec ses professeurs. Indépendante et très mature, Lousie s'est donc lancé en fin de troisième à la recherche d'un établissement qui lui convienne mieux que les lycées classqiues. Elle a finalement choisi le Lycée Autogéré de Paris (LAP). Aujourd'hui mieux dans sa peau, Louise prépare le bac l'esprit zen, peu effrayée par le faible taux de réussite de son lycée.

Le lycée autogéré de Paris fait partie de la petite dizaine d'établissements différents, publics ou privés, qui accueillent chaque année en France environ un millier de lycéens.
Différents des établissements traditionnels, ces lycées se distinguent également les uns des autres par leur pédagogue de référence : ici Célestin Freinet, là Maria Montessori... Dans leur pratique quotidienne cependant, les points communs sont nombreux : participation active des élèves à la gestion des établissements, tutorat, coopération, ouverture aux activités manuelles et artistiques, projets transdisciplinaires. Une conviction, surtout, les réunit : l'idée que chaque élève est " bon à quelque chose ", à condition d'être bien accompagné.

Une réputation d'écoles " à la cool " colle à la peau de ces établissements.
On imagine ainsi que la présence en cours n'y est pas obligatoire. En réalité, seuls les lycées autogérés de Paris et de Saint-Nazaire mettent en pratique la libre fréquentation des cours. Partout ailleurs,pas question de sécher les cours ! Et l'on ne sèche pas au Collège-lycée expérimental (CLE) de Hérouville-Saint-Clair (14). Ici, l'approche éducative est réellement individualisée : les séances de tutorat assurés par les professeurs sont ainsi l'occasion de revenir sur un détail de cours mal compris ou de faire le point sur son projet d'orientation. Une approche facilitée par les petits effectifs : " Nous sommes 18 dans ma classe " relève Elise, en première S au CLE. Inscrite dans cette structure depuis la 6ème, la jeune fille l'avait quitté en seconde pour suivre une option que le lycée normand ne proposait pas : " Je suis vite revenue ! Au CLE, affirme-t-elle, les profs nous voient comme des individus et pas comme des numéros : ils sont à l'écoute de nos difficultés, et les séances de tutorat nous permette de faire régulièrement le point sur notre travail et nos projets ".

Dans ces établissements, les lycéens sont très impliqués dans la gestion quotidienne, et incités à prendre des responsabilités.
Au CLE les élèves assurent les relations extérieures du collège-lycée, et les " grands " du lycée encadrent les " petits " du collège après le déjeuner. Partout, les jeunes (et parfois les parents) sont partie prenante des conseils d'établissement et participent à toutes les prises de décision (sur les règles de vie communes, l'organisation des cours, les sorties, etc). Dans la même volonté de former ces futurs citoyens au respect de l'autre et à l'exercice de la démocratie, les élèves sont invités une heure par semaine à débattre de sujets librement choisis par eux : c'est l'occasion d'apprendre à s'exprimer à l'oral, à construire une argumentation, à penser par soi-même. Tout un programme !

Sommaire du dossier
Quels profs pour quels résultats ? "Nous ne sommes pas des écoles à la cool !" Un nouveau lycée de la deuxième chance Lycée autogéré : « Elèves et profs sont à égalité dans l’exercice du pouvoir » Reportage dans le seul lycée Montessori de France