1. Marketing : les diplômés d’ESC plus compétitifs pour les entreprises

Marketing : les diplômés d’ESC plus compétitifs pour les entreprises

Envoyer cet article à un ami

Pour travailler dans le marketing, mieux vaut faire l’Essec… ou HEC. L’enquête L’Etudiant-Stratégies révèle que les recruteurs affichent une nette préférence pour les diplômés des meilleures écoles de commerce. Les étudiants de la fac n’ont-ils pour autant aucune chance de décrocher le même type de postes ? Le point sur les meilleurs cursus, en business schools ou à l’université.

Notre enquête est formelle : pour embaucher un jeune à un poste en marketing, les recruteurs que nous avons interrogés privilégient largement les diplômés des meilleures écoles de commerce par rapport aux profils universitaires. Ce  conformisme n'a pourtant rien de très étonnant. En effet, le secteur du marketing est très concurrentiel, avec beaucoup plus de candidats que d’offres. Lorsqu’elles ont l’embarras du choix, les entreprises ciblent les formations qu’elles perçoivent comme "les meilleures", et se dirigent en priorité vers elles quand elles participent à des forums de recrutement.

Ensuite, il faut reconnaitre que les grandes écoles permettent à leurs élèves de se construire des CV très attractifs : entre 12 et 18 mois de stages cumulés notamment grâce à des "césures", des double-diplômes avec des établissements étrangers et, très souvent, des expériences associatives avec gestion d’équipe (junior entreprises, BDE, organisation d’évènements…), de bons scores au TOEFL etc. Autant d’éléments qui peuvent se retrouver dans des profils d’universitaires, mais dont la combinaison est plus rare, alors qu’ils sont quasi systématiques chez les diplômés d’ESC.

Quelques pépites, pourtant, à la fac


On note ainsi que Dauphine est la seule université citée dans ce "top 15" par les recruteurs interrogés. Son master marketing "204", au recrutement hyper sélectif, attire de très bons étudiants, et bénéficie de nombreux partenariats avec des entreprises. Mais les résultats de l’enquête ne doivent pas faire oublier que quelques autres universités proposent aussi des "pépites" en marketing. Des formations moins citées par les recruteurs interrogés, car formant des promotions plus petites (une trentaine d’étudiants par an dans un master, contre 400 diplômés par an à HEC, par exemple). Mais qui peuvent offrir de très bonnes opportunités à des étudiants débrouillards.

Un secteur ultra concurentiel pour tous les diplômés


Le secteur a souffert de la crise, et même les diplômés des ESC peinent à trouver des postes dans ces fonctions. La proportion de diplômés des grandes écoles de commerce qui trouvent un poste dans le marketing a baissé de 4 points depuis 2007. Ainsi, en 2010, 12% des diplômés des grandes écoles de commerce ont trouvé leur premier emploi dans ce secteur (1), derrière la gestion/finance/comptabilité (18% des embauches) et le commercial (15%).Dans ce contexte, quelle stratégie pour faire son trou ? "Commencer dans une fonction commerciale n’est pas une mauvaise tactique. Les allers-retours entre ces fonctions et le marketing sont fréquents", remarque Olivier Guichardon, fondateur de jobmarketingvente.com.

Autre stratégie : développer ses compétences multimédia

La majorité des recruteurs que nous avons interrogés souhaitent que les jeunes diplômés soient davantage formés à ces problématiques (e-marketing, référencement, optimisation de trafic, e-reputation, community management etc.). "Ce sont des compétences à la frontière de la communication et du marketing de plus en plus demandées, aussi bien chez les marques pure-players, qui ne vendent que sur le web, que chez les autres", confirme Lionel Le Nignol, professeur en marketing à l’Essca. Trouver un stage ou un contrat d’apprentissage dans ce secteur peut donc constituer un bon marche-pied.

Dernier conseil : ne pas se limiter aux grands groupes. "Il existe de très bonnes opportunités pour travailler dans le marketing dans les PME, avec moins de concurrence", estime Olivier Guichardon.

Bien choisir son école de commerce
Comment choisir son école de commerce ? Pour vous décider parmi les 220 établissements existants, qui proposent presque tous des spécialisations marketing, vous pouvez consulter les classements de l’Etudiant. Fiez vous aussi aux labels que possède l’école. Dans l’ordre, du moins au plus exigeant : certification au RNCP, reconnaissance par l’Etat (qui permet de toucher une bourse du CROUS), visa, grade de master et accréditations (Equis, Epas ou AACSB). Ainsi, 42 écoles seulement possèdent le "grade master", et 22 sont, en plus, accréditées. Et fréquentez les journées porte-ouvertes, et contactez, au travers du bureau des élèves ou des réseaux sociaux, des étudiants et des anciens diplômés.

(1) Enquête insertion de la Conférence des grandes écoles
Sommaire du dossier
Retour au dossier Marketing : les diplômés d’ESC plus compétitifs pour les entreprises Un master marketing à la fac : forcément moins bien qu’une école de commerce ? Pépite à la fac : le master marketing « 204 » de Dauphine, au niveau des plus grandes écoles Pépite à la fac : le master marketing de l’IAE d’Aix, des cours au top niveau Pépite à la fac : le master marketing de l’UPEC, un format concentré Pépite à la fac : le master marketing et communication de Paris 2, en apprentissage pour tout le monde Pépite à la fac : le master marketing de Paris 1, le poids de la marque Sorbonne Mastères spécialisés en marketing : notre banc d’essai