1. Opter pour le bon lycée
Coaching

Opter pour le bon lycée

Envoyer cet article à un ami

Attention à ne pas vous focaliser sur les taux de réussite pour décider du choix de votre établissement. Dans "Choisir le bon lycée pour mon enfant", la journaliste Sophie Chavenas décrypte les questions à se poser pour trouver le lycée le mieux adapté. Extraits.

Qu’est-ce qu’un bon lycée ? En tout cas, pas uniquement celui qui obtient les meilleurs résultats académiques. Alors que la moyenne nationale de réussite au bac a atteint 86% en 2009 (88,8% pour les séries générales !), l’analyse du taux de réussite brut obtenu par chaque établissement à cet examen perd de son intérêt. Et il s’avère d’autant plus important de tenir compte d’autres critères, tels les options ou l’encadrement. Dans "Choisir le bon lycée pour mon enfant", Sophie Chavenas donne les clés pour bien évaluer les paramètres à considérer. Exemples.


Comment savoir si ce n’est pas un lycée qui écrème ?
 

"Un bon lycée n’est plus seulement un lycée affichant d’excellents résultats au bac, c’est aussi un établissement capable de tirer vers le haut l’ensemble d’une promotion d’élèves en la conduisant au bac en 3 ans (donc sans redoublements et sans éviction). Dans un lycée dit “accompagnateur”, les élèves les plus faibles ne sont pas poussés vers la sortie, mais accompagnés pour traverser au mieux leurs difficultés et réussir, finalement, à décrocher leur bac. Le pourcentage de redoublants est souvent plus faible qu’ailleurs dans ces lycées où le chef d’établissement, relayé par l’ensemble du corps enseignant, a mis en place des stratégies éducatives d’accompagnement systématique des élèves en difficulté."


Qu’est-ce qu’un lycée à forte valeur ajoutée ?

"Autres calculs pris en compte et qui permettent de juger plus justement de la qualité d’un lycée : le taux “attendu” de réussite au bac (celui que l’établissement devrait obtenir compte tenu de leur origine sociale, de leur âge et de leur résultat au brevet, par comparaison avec l’ensemble de la population scolaire) et le taux “observé” (le pourcentage effectif de réussite au bac). C’est la différence entre ces 2 taux qui donne la “plus-value” ou la “moins-value”. Ainsi, un lycée qui dépasse son taux attendu de réussite au bac (85% au lieu de 80%, par exemple) sera jugé plus performant qu’un lycée qui atteint 90%, mais dont le taux attendu était de 95%."


Faut-il regarder les options avant de choisir son lycée ?
 

"Il faut se montrer très vigilant concernant les offres d’enseignements optionnels de chaque lycée (très inégales d’un lycée à l’autre). Dans les années à venir, ce sont ces options qui détermineront le profil de chaque élève et lui permettront, ou non, d’intégrer la série de son choix. Votre enfant n’est pas encore fixé sur sa future orientation ? Alors, mieux vaut opter pour un lycée offrant un large choix d’options, adaptées à chacune des séries générales ou technologiques. Une précaution qui lui laissera ainsi un maximum de portes ouvertes."


Peut-on commencer un cursus art-études en seconde ?

"Il existe une 2nde – alternant cours généraux et techniques au lycée, et pratique artistique au conservatoire – qui prépare à un bac spécialisé, le bac TMD (bac technique de la musique et de la danse), option instrument ou danse. Cette classe de 2nde exige à la fois un bon dossier scolaire et un excellent niveau en musique ou en danse (évalué à travers des tests d’aptitude organisés par les conservatoires). Un entretien individuel visant à mesurer la motivation du candidat complète la phase de sélection. Par ailleurs, plus de 400 lycées proposent l’enseignement de la musique et une trentaine celui de la danse, en option lourde (affectée d’un coefficient 3 au bac pour les élèves de la série L) ou facultative (ouverte à tous les élèves qui le souhaitent, seuls les points au-dessus de la moyenne sont, dans ce cas, comptabilisés)."


L’internat : chance ou punition ?

"L’internat fait de plus en plus d’adeptes parmi les parents, mais aussi parmi les adolescents : 7,3% des élèves de lycée général et 12,4% des élèves de lycées technologiques et professionnels sont internes. Ce qui représente 226.000 élèves (6/10 sont des garçons). Et les chiffres ne cessent de grimper, avec 3% d’augmentation des effectifs chaque année, et une recrudescence notable des demandes en zone urbaine. Le public ne pouvant répondre aux besoins, faute de place, de moyens ou d’aptitude, les familles se tournent vers le privé (un lycéen du privé sur deux est interne). Les écoles sous contrat étant elles aussi saturées, il reste une alternative : le privé hors contrat. Comptez 1.000 à 2.000 € par an dans le public (en fonction de l’établissement et du niveau de scolarité de l’élève), les frais de scolarité annuels peuvent aller de 2.500 € dans les lycées sous contrat à 15.000 € dans ceux hors contrat.
Sommaire du dossier
Avis d’expert : Sophie Chavenas, auteur de "Choisir le bon lycée pour mon enfant" Témoignage - Laura, en terminale ES : "Les profs font tout pour nous aider à choisir notre lycée"