1. Pourquoi choisir une "boîte à bac" ?
Boîte à outils

Pourquoi choisir une "boîte à bac" ?

Envoyer cet article à un ami

Ces écoles privées hors contrat, qui accueillent des élèves découragés, se proposent de les remettre sur les rails grâce aux études dirigées et aux notes régulières, le tout dans une ambiance familiale. C’est à Paris que ces cours sont les plus nombreux.

Premier constat : pour ces boîtes à bac, l’âge d’or est bien fini. Très prospères dans les années 1970, beaucoup ont fait faillite depuis. Il n’en reste qu’une vingtaine à Paris pour une soixantaine il y a 30 ans. Ainsi, la plus fameuse, Charlemagne (dite Charlot), a fusionné avec d’autres et s’appelle désormais l’Institut du Marais-­Charlemagne-Pollès.

Aujourd’hui, les écoles privées hors contrat scolarisent 2,7 % des élèves du secondaire en France. Elles ne reçoivent aucune subvention de l’État, contrairement aux écoles privées sous contrat, les familles doivent donc débourser 6.000 € par an en moyenne pour y inscrire leur enfant dans le secondaire.

Le cours Molière occupe 3 étages et quelques annexes d’un immeuble de la porte Dorée, à deux pas du bois de Vincennes. L’école compte 160 élèves et recrute à partir de 2 ans et demi. "Au lycée, les élèves arrivent souvent en cours d’année, face à l’échéance du bac", explique Benjamin Jarry, le directeur.

Plusieurs raisons peuvent pousser ces parents à inscrire leur enfant dans un établissement privé hors contrat. En général, dans les petites classes, on y cherche une pédagogie différente de celle qui est imposée par l’Éducation nationale : des méthodes plus traditionnelles, un enseignement bilingue…

Au collège et au lycée, il s’agit plutôt d’éviter un redoublement ou une réorientation, car la direction d’un cours privé n’est pas obligée de prendre en compte la décision du conseil de classe. Cela peut également être pour y trouver un meilleur encadrement. "Dernièrement, deux élèves sont venus, car leur prof de maths avait été absent plusieurs mois et les familles craignaient que leurs enfants soient pénalisés au bac", raconte Benjamin Jarry.
Sommaire du dossier
Boîtes à bac : comment ça marche ? Témoignage : Auguste, 18 ans : "Avec les boîtes à bac, j’ai repris confiance"