1. Quel métier après un IAE ? Allison, consultant junior
Témoignage

Quel métier après un IAE ? Allison, consultant junior

Envoyer cet article à un ami
"L'apprentissage m'a permis de voir les différences entre les cours et la vie d'entreprise." // © Simon Lambert / Kaïros pour l'Étudiant
"L'apprentissage m'a permis de voir les différences entre les cours et la vie d'entreprise." // © Simon Lambert / Kaïros pour l'Étudiant

Diplômé de l'IAE Paris en master contrôle gestion, Allison est, aujourd'hui à 24 ans, consultant junior chez Mazart, un grand cabinet d'audit. Elle nous raconte son parcours.

Son parcours d'études

Après son bac ES, Allison intègre l'IUT GEA (institut universitaire de technologie de gestion des entreprises et administrations) de l'université de Lyon, qu'elle complète par un an d'échanges Erasmus en Finlande afin d'obtenir sa licence économie-gestion. De retour en France, elle s'inscrit dans le master 1 finance d'entreprise de l'IAE Lyon, une formation dont elle retient la qualité des professeurs, mais qui ne propose malheureusement pas de filière en apprentissage.

Souhaitant réaliser son master 2 (sa dernière année d'études) en alternance, Allison postule alors à l'IAE Paris, où elle est facilement admise dans la filière contrôle-audit. Au final, elle ne regrette rien de son choix, malgré le rythme soutenu de ces études : "J'avais des blocs de deux semaines de cours suivis de périodes en entreprise plus ou moins longues. Et le soir, en rentrant, il fallait encore que je révise et que je m'occupe des travaux de groupe."

Son métier : consultant junior

Après sa formation, Allison intègre Mazars, un des principaux cabinets d'audit et de conseil parisiens, en tant que consultant junior. "Je m'occupe de l'audit financier des entreprises", précise-t-elle. "Le rôle de Mazars est de valider les comptes de celles-ci. C'est une obligation légale pour les firmes cotées en Bourse."

Au quotidien, si la masse de travail est très importante, les tâches sont variées. La principale qualité des jeunes auditeurs est en effet leur capacité d'adaptation. "Mes missions peuvent durer de trois jours à trois mois", explique Allison. "Je change d'équipe à chaque nouveau client ; je dois sans cesse m'adapter."

En échange de leur investissement fort dans l'entreprise, les nouvelles recrues bénéficient de salaires alléchants et de belles perspectives d'évolution. Allison témoigne : "À l'entrée, pour les diplômés d'écoles de commerce et d'IAE, la rémunération annuelle tourne autour des 40.000 €, primes comprises. Selon la façon dont vous êtes évalué, vous pouvez recevoir une augmentation allant jusqu'à 20 % par an !"

Ce que sa formation lui a apporté

"L'IAE m'a permis de mettre un premier pas dans l'entreprise", juge Allison. Et pour cause, grâce à l'apprentissage, elle a pu vivre une véritable première expérience professionnelle. "J'étais complètement intégrée dans mon équipe, c'était différent d'un stage", explique-t-elle, fière de son choix. Car si au début elle avait peur de suivre cette filière à cause d'idées préconçues, elle ne regrette pas de s'être lancée dans cette voie : "Les gens en apprentissage sont motivés et sont de bons élèves. Cette expérience m'a permis de voir les différences entre les cours et la vie d'entreprise."

Son conseil

"Si vous optez pour l'apprentissage, il faut chercher son entreprise avant même de postuler dans une formation. Au moment de déposer mon dossier à l'IAE de Paris, j'avais déjà mon contrat en main, cela m'a permis d'afficher ma motivation et d'être acceptée plus facilement dans le master universitaire que je visais."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quel métier après un IAE ? Allison, consultant junior Quel métier après un IAE ? Selven, chercheur Quel métier après un IAE ? Nicolas, responsable marketing