1. Master : 2 ans pour créer et développer son réseau
Coaching

Master : 2 ans pour créer et développer son réseau

Envoyer cet article à un ami

Il n’est jamais trop tôt pour démarrer son réseau. L’entrée en master serait même un moment propice. Vous disposez de temps et de nombreux prétextes pour aller à la rencontre des professionnels, des enseignants et de vos camarades de promo. Autant de contacts à ne pas négliger… et qui pourraient bien vous servir une fois sur le marché du travail !

N’attendez pas d’être diplômé ou d’avoir besoin d’un stage pour commencer à bâtir votre réseau. "En master, on raisonne sur des effectifs plus petits qu’en licence. La proximité entre étudiants et avec les enseignants est propice à la constitution d’un réseau", souligne Jean-Claude Piat, vice-président chargé de l'insertion professionnelle à l’université Paris 13. "L’entrée en master est une bonne période pour démarrer son réseau, ajoute Guillaume Verney-Carron, directeur et consultant au sein du cabinet Best admission. Le projet professionnel n’est pas encore complètement abouti et cela fourni une bonne occasion d’entrer en contact avec des professionnels pour leur demander des conseils, plutôt que de solliciter directement un stage ou un premier emploi".
 

Prospecter des contacts

 
Commencez par aller à la rencontre des personnes qui font partie de votre environnement de travail : vos camarades de promo, vos enseignants, les professionnels en activité parmi lesquels figurent aussi des anciens élèves de votre master. Ne vous contentez pas d’accumuler des noms sur un site ou des cartes de visite dans un dossier. Pas la peine non plus d’envoyer un mail groupé pour demander un stage à des personnes qui se souviennent à peine de vous, et sont, de plus, très sollicitées. Pour les professionnels, par exemple, demandez à chaque personne, un rendez-vous téléphonique ou une rencontre, même brève, pour qu’ils vous parlent de leur métier. "L’essentiel est d’être clair sur la demande et de bien montrer que l’on veut juste quelques conseils", insiste Guillaume Verney-Carron. Vous aurez ainsi un carnet d’adresses restreint mais qui aura du sens. Et qui va se construire pas à pas. Pensez aussi à demander à chaque personne rencontrée si elle connaît quelqu’un qui pourrait vous aider. Ne vous limitez pas à votre environnement immédiat. Dans votre ville, les élus locaux peuvent servir d’intermédiaire avec les chefs d’entreprises par exemple, rapprochez-vous aussi des milieux professionnels, via les syndicats par exemple.
 

Faire vivre ses contacts

 
Animer ensuite votre réseau. Vous avez a priori du temps pour ça tant que vous êtes encore étudiant. "Après une première rencontre avec un professionnel, il convient, tous les 3 ou 4 mois maximum, de le tenir au courant de l’avancée de son parcours", poursuit Guillaume Verney-Carron. C’est parfois un peu ingrat ou fastidieux car l’objectif n’est pas d’avoir des résultats immédiats ni une réponse en particulier. "Mais personne ne perd la face en relançant quelqu’un qu’il a déjà rencontré", rappelle Patrick Fargès, responsable du BAIP (bureau d’aide à l’insertion professionnelle) de l’université Paris 3. Un réseau s’inscrit toujours dans la durée et lorsque vous débutez en M1, vous travaillez essentiellement pour votre avenir. Une fois diplômé, les liens tissés vous permettront de faire savoir plus directement à vos contacts que vous cherchez un emploi… qui transmettront à leurs contacts. Et c’est alors le réseau qui travaillera pour vous !

Sommaire du dossier
Monter son réseau en master : créer le lien avec les autres étudiants de la promo Monter son réseau en master : solliciter avec tact les professionnels Monter son réseau en master : entrer en relation avec les profs Monter son réseau en master : se rapprocher des anciens élèves