1. Lycée
  2. terminale
  3. Bac STG : objectif bac + 2
  4. Bac STG : les filières qui marchent
Boîte à outils

Bac STG : les filières qui marchent

Envoyer cet article à un ami

Les bacheliers STG sont particulièrement adaptés aux filières courtes à bac + 2, qui assurent une bonne insertion professionnelle.

Le plus souvent diplômés d’un BTS, voire d’un DUT, les STG n’ont pas trop de souci à se faire pour leur insertion professionnelle. Certes, dans le tertiaire, ces bac + 2 affichent un taux de chômage, trois ans après l’obtention de leur diplôme, de 9 %, contre 6 % pour les spécialités industrielles. Mais ces formations professionnalisées, allant du BTS management des unités commerciales au DUT gestion logistique et transport en passant par le BTS négociation et relation clients, répondent clairement aux besoins des entreprises.

Le passage par une troisième année supplémentaire menant à un certificat de qualification professionnelle ou à une licence pro se révèle judicieux : selon l’enquête d’insertion du Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) publiée en juin 2008, le taux de chômage parmi les titulaires d’une licence pro dans le tertiaire tombe à 7 % trois ans après l’obtention de leur diplôme.

À noter que pour les STG qui suivent une spécialisation en compta, la voie d’excellence passe par un DCG (diplôme de comptabilité et de gestion) à bac + 3, puis un DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) à bac + 5, voire un DEC (diplôme d’expertise comptable), à bac + 7/8.

Pour les STG qui poursuivent dans une école supérieure de commerce, le taux de chômage, trois ans après avoir décroché leur diplôme, est de 5 %. 

Pour aller plus loin : Quelles études après son bac STG ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Bac STG : les filières qui marchent Bac STG : les secteurs qui recrutent Bac STG : les dangers Bac STG : conseils d’ancienne