1. Concours 1re année Sciences po : réussir l’épreuve à option
Coaching

Concours 1re année Sciences po : réussir l’épreuve à option

Envoyer cet article à un ami
Sciences po Paris. // © Camille Stromboni
Sciences po Paris. // © Camille Stromboni

L’épreuve à option proposée par l’institut d’études politiques parisien vous donne le choix entre littérature et philo­sophie, mathématiques, ou sciences économiques et sociales. Quel que soit votre choix, il vous faudra restituer vos connaissances avec méthode.

L'épreuve à option dure trois heures et est affectée d'un coefficient 2. Si l'institut assure que "les candidats peuvent choisir l'option qui leur convient le mieux, indépendamment de la série choisie au baccalauréat", seule l'épreuve de littérature et philosophie peut réellement être choisie par tous les candidats quelle que soit leur filière.

L’option littérature et philosophie

L'épreuve de littérature et philosophie consiste en un commentaire de texte, soit linéaire, soit composé.

Le commentaire linéaire

Le commentaire linéaire présente deux avantages : il évite de "faire un plan" – ou plutôt, il permet de suivre le plan du texte que l'on aura pris soin de dégager dès l'introduction – et il offre la possibilité d'une plus grande précision. Il convient particulièrement à ceux qui ont le sens du détail.

Mais les inconvénients sont nombreux : le risque de la paraphrase est très grand (l'explication de détail est devenue plus difficile dans une culture du sens global, et des étudiants qui ont déjà des difficultés à analyser correctement un énoncé de dissertation auront bien du mal à être attentifs à un texte d'une page). Le risque de perdre le lecteur dans une succession de remarques désordonnées n'est pas moins important.

L'expérience montre que, si le texte a une certaine longueur, le commentaire linéaire est désastreux. Il ne s'impose donc efficacement que si le texte est très bref (un poème en prose, un sonnet, un pamphlet…). Et, pour le moment, le jury n'a pas choisi cette option.

À lire aussi : Les IEP de région au banc d’essai

Le commentaire composé

Le commentaire composé exige de bien comprendre la nature de l'exercice. Un commentaire, c'est : "L'ensemble des explications, des remarques à propos d'un texte." Par explications, il faut entendre ce que l'origine latine du mot recèle : “explicare“ : “plicare“ = plier, “explicare“ = déplier. Le texte (par la métaphore du tissu !) est fait de plis et de replis qui sont les références, l'intertextualité mais surtout l'implicite du texte.

Un texte littéraire suggère en effet davantage qu'il n'exprime, et ses sous-entendus sont beaucoup plus riches qu'un texte "ordinaire" qui vise, lui, au contraire, à suggérer le moins et à exprimer le plus possible. L'équilibre entre l'implicite et l'explicite s'inverse selon que la visée est littéraire ou non.

Pour mieux percevoir l'implicite, il suffit d'interroger "l'effet produit" à la lecture, puis de se demander comment cet effet est produit, quel "goût" il révèle. Celui singulier, "bizarre", d'un auteur ou bien celui d'un mouvement de sensibilité, voire d'une époque ?

Sur quels textes pouvez-vous tomber ?

Vous avez le choix entre deux extraits de texte. L'un provient du corpus infini de la littérature d'expression française du XVIe siècle à nos jours, l'autre relève de la littérature d'idées. Le jury se laisse donc une liberté totale de genre, de style, d'époque pour élaborer le sujet. En 2017, le sujet comportait un extrait de “L'éducation sentimentale” de Flaubert (III, 1, 1869) et un texte de Simone Weil, “Ne recommençons pas la Guerre de Troie” (1937),

L’option mathématiques

Elle comporte un problème noté sur 11 (n'oubliez pas la calculatrice !), et un vrai-faux avec justification, noté sur 9 (dix affirmations sont proposées et il s'agit d'établir pour chacune d'entre elles si elle est vraie ou fausse, en justifiant la réponse).

Le programme

Le programme correspond, lui, à celui de la classe de première S et à une partie du programme de terminale S : suites, limites de fonctions, théorème des valeurs intermédiaires, fonction exponentielle, fonction logarithme népérien. Il peut être utile de remémorer les formules et les théorèmes principaux sur des fiches cartonnées qui peuvent être survolées juste avant de passer l'épreuve.

Ne comptez pas trop sur votre calculatrice pour remplacer votre mémoire, car vous pourriez perdre beaucoup de temps à tout retrouver. La meilleure préparation est sans doute de refaire en détail les exercices traités en cours et d'essayer de mémoriser les principales méthodes.

L’option sciences économiques et sociales

Cette épreuve comprend une question d'analyse microéconomique ou macroéconomique (6 points) et une analyse de documents (14 points) qui peuvent porter sur le programme de première ES et sur une partie de celui de terminale : la démarche de l'économiste, du sociologue et du politiste.

Pour la première partie, on peut vous demander de construire un schéma explicatif ou de produire un graphique (comme en 2017). L'analyse du dossier exige, quant à elle, que vous fassiez appel à des connaissances personnelles.

Le sujet de 2017

Exercice 1 : "Question d'analyse microéconomique ou macroéconomique (6 points). Expliquer comment le producteur choisit le volume de sa production - vous pouvez illustrer votre raisonnement par une représentation graphique."

Exercice 2 : "Conduite d'un ­raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire (14 points). Quelles sont les difficultés de la coordination des politiques économiques dans l’Union Européenne ?"

Que faut-il réviser ?

A priori, rien de plus simple : vos cours ! Le niveau de connaissances attendu ne devrait pas excéder celui d'un bon, voire d'un très bon élève de sciences économiques et sociales de terminale maîtrisant le vocabulaire de cette discipline, la lecture et l'analyse des outils statistiques, des graphiques, des textes ­élémentaires.

Cela étant, il est conseillé de vous constituer des dossiers d'actualité sur les thèmes importants (mondialisation, politique économique, inégalités...), en rassemblant des documents "bruts" (graphiques, courbes, schémas, tableaux...) et en vous assurant que vous êtes capable de les lire avec précision et d'en déchiffrer le sens élémentaire.

Il s'agit aussi d'une épreuve de rapidité qui risque de dérouter celui qui manque d'entraînement et qui pourrait se laisser impressionner par la difficulté du dossier.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Concours 1re année Sciences po : réussir l’écrit d’histoire Concours 1re année Sciences po : réussir l'écrit de culture générale Concours 1re année Sciences po : réussir l’épreuve à option