1. Lycée
  2. seconde
  3. Facebook : être ou ne pas être ami avec ses profs ?
  4. Être ami avec ses professeurs sur Facebook : les précautions à prendre
Coaching

Être ami avec ses professeurs sur Facebook : les précautions à prendre

Envoyer cet article à un ami

Comme plus de 40 % des 14-24 ans en France, vous avez un compte sur Facebook. Et vous vous êtes aperçu que certains de vos enseignants aussi ! Quelle attitude adopter si vous êtes amené à les croiser sur le réseau ? Est-il recommandé de s’en faire des “amis” ? Zoom sur les avantages que cela peut vous procurer, à condition de respecter un code de bonne conduite !

Par jeu ou par intérêt pédagogique, vous voici “ami” avec l’un de vos enseignants. Pour que vos relations virtuelle et réelle restent au beau fixe, veillez à respecter quelques règles de bonne conduite.


1. Attention à votre vie privée
  

Vous vous réjouissez d’avoir accès aux photos personnelles de votre professeur de maths ? Eh bien l’inverse est vrai aussi… Alors si vous préférez qu’il ne vous voit pas dans des situations compromettantes ou qu’il ne suive pas les derniers épisodes de votre vie amoureuse mouvementée, soyez prudent. D’une façon générale, évitez de partager vos informations les plus privées, ou au moins réservez-les au cercle le plus intime.
Pour que ses étudiants en prennent conscience, Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes (44) et l’IUT (institut universitaire de technologie) de La Roche-sur-Yon (85), utilise la manière forte. “Systématiquement, au début de l’année, je fais moi-même la demande d’amitié à mes étudiants, explique-t-il. Je regarde leurs profils, je glane quelques informations… Et lorsqu’ils ne s’y attendent pas, je leur ressors des choses personnelles les concernant. Après ça, ils sont beaucoup plus vigilants !” Et veillez à la cohérence : si vous avez officiellement une gastro-entérite, ne détaillez pas sur votre “mur”, photos à l’appui, votre merveilleux week-end prolongé à Madrid.


2. Pas de mélange des genres et gardez vos distances


Attention au vocabulaire Facebook, il est trompeur : non, votre professeur n’est pas votre “ami”. Souvenez-vous que quelques heures ou quelques jours plus tard, vous allez être en face de lui, dans un cadre scolaire. Oubliez également le tutoiement et les familiarités (pas de “baisers” ni de “cadeaux” sur son “mur”). Évitez le langage SMS… et les fautes d’orthographe.
Surtout, ne vous investissez pas trop dans cette “relation” : votre enseignant est là pour vous aider dans votre travail ou, éventuellement, en cas de gros coup dur personnel. N’en attendez pas plus : il n’est ni un parent ni un grand frère de substitution, et encore moins un amoureux potentiel. Face au danger, certains préfèrent prendre des précautions : “Je réserve l’usage de Facebook à mes doctorants”, reconnaît André Gunthert, maître de conférences à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales). “Nous sommes plus dans une relation d’égal à égal. Avec des étudiants trop jeunes, cela pourrait être plus délicat.”


3. Non au harcèlement !


Même si votre professeur a accepté votre demande ou s’il est lui-même allé vous chercher, n’en déduisez pas pour autant qu’il est joignable 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Vous découvrez qu’il est lui aussi en ligne à 2 h du matin ? Il n’a pas nécessairement envie de “chater” avec l’un de ses élèves. Il n’a pas répondu dans l’heure au message que vous lui avez envoyé ? Prenez votre mal en patience, ne renouvelez pas votre demande. Il a bien le droit de “couper” un peu… et il pourrait se sentir quelque peu harcelé s’il découvrait une demi-douzaine de messages de votre part en ouvrant sa messagerie. Ayez toujours en mémoire que cet “ami” particulier va corriger vos copies et remplir vos bulletins… et qu’un enseignant “traqué” a beaucoup moins tendance à l’indulgence.


4. La diffamation peut coûter cher


Un différend avec un enseignant, un pari stupide… ou encore l’effet de groupe, bref une publication dégénère. Sachez qu’une blague de potache sans méchanceté peut être interprétée d’une toute autre manière. Alors pour assurer vos arrières, évitez de donner votre avis sur vos professeurs publiquement sur un réseau social. Pas de page insultante ni de pétition réclamant le renvoi de tel ou tel enseignant. Certains élèves s’y sont risqués, ils ont parfois écopé d’un renvoi, voire de poursuites judiciaires. Un peu chère payée la plaisanterie, non ? Alors, même pour rire et même si pensez que votre “cible” a le sens de l’humour, on se retient !

Pour aller plus loin : CV et lettre de motivation : quand on bénéficie d’une recommandation / Facebook, Twitter, CV en ligne… Soignez votre réputation en ligne / Réseaux sociaux : 5 conseils pour réussir son passage de Facebook à LinkedIn et Viadéo / Je suis Facebook dépendant : comment ne pas en pâtir dans ma vie de collégien / Comment utiliser Facebook dans votre recherche d'emploi

Sommaire du dossier
Retour au dossier Être ami avec ses professeurs sur Facebook : les précautions à prendre Ils sont “amis” sur Facebook : un élève et un enseignant racontent