Orientation : Xavier Darcos passe à l'action

Par Virginie Bertereau, publié le 21 May 2007
4 min

L'orientation, une "question centrale" pour le gouvernement. Mercredi 10 juin 2009, Xavier Darcos, le ministre de l’Education nationale, et Pascal Charvet, directeur de l’ONISEP, ont présenté le dispositif dédié à l’orientation des élèves prévu pour l’automne 2009. Celui-ci se compose de plusieurs éléments.

Une plateforme multimédia. Lors de la présentation de son programme d’action en janvier 2009, Xavier Darcos avait promis un service gratuit d’aide à l’orientation par téléphone, chat et Internet accessible tous les jours de la semaine jusqu’à 20 heures. Expérimenté à Amiens, ce service, baptisé monorientationenligne.fr, sera déployé entre les rentrées 2009 et 2010 dans cinq autres plateformes interrégionales (Bordeaux, Créteil, Grenoble, Martinique et Nantes). Les experts en ligne délivreront un premier niveau d’information et renverront, pour les questions plus complexes, à des conseillers d’orientation psychologues dans les centres consacrés.

La rénovation du site Internet de l’ONISEP. La nouveauté : le portail comprend un système de géo-localisation des formations. Les élèves peuvent ainsi connaître les formations dispensées dans leur région.

Renforcer l’information sur les filières. Le ministre s’y engage : dans un souci de transparence, des informations sur les taux d’insertion professionnelle des diplômés par filière seront délivrées à partir de 2009/2010.

La création d’un passeport numérique d’orientation. A la rentrée 2009, les élèves – du collège à la terminale – bénéficieront d’un outil intégré à l’ENT (environnement numérique de travail) des établissements pour s’informer, parler, suivre leur projet d’orientation. Objectif : la "traçabilité" du parcours. "Cela ne revient pas à une procédure d’orientation. Cela permet d’aider l’élève à comprendre l’information, à devenir acteur de son orientation", assure Xavier Darcos. Professeurs, parents, copsys, etc. pourront y avoir accès.

La semaine de l’orientation expérimentée. L’idée d’une semaine dédiée à l’orientation au milieu de l’année scolaire prévue pour être semestrialisée) faisait partie de la première mouture de la réforme du lycée, imaginée par Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’académie d’Aix-Marseille. Quelques mois plus tard, cette idée ne figure plus dans les divers rapports sur le lycée (Descoings, Apparu). Mais Xavier Darcos y croit. Le ministre propose donc aux lycées volontaires d’expérimentercette semaine banalisée "consacrée à l’écoute, au conseil et à l'ouverture sur les mondes économique et universitaire pour permettre de choisir sa série, d’affiner ses choix d’enseignements optionnels et définir son orientation après le baccalauréat". Toutefois, il n’a pas abordé le sujet lors de sa conférence de presse.
 

Xavier Darcos tient bon sur le service public d'orientation


D’une manière générale, Xavier Darcos maintient donc sa volonté de créer une sorte de "service public d’orientation", réclamé par les syndicats, l’UNL (Union nationale lycéenne)en tête. Un projet qui ne figure pas dans le rapport de Richard Descoings, chargé de la mission lycée, qui fait pourtant de l’orientation l’une de ses priorités, comme l’a rappelé le ministre dans son discours. "Des débats auront lieu sur ses préconisations à la rentrée 2009. Mais je suis ministre, il faut que j’agisse sans attendre sur le chantier de l’orientation", a déclaré Xavier Darcos.
 

Le bac 2009 en chiffres


Mercredi 10 juin, le ministre de l’Education nationale a fait également le point sur le bac 2009 qui débute le 18 juin avec l’épreuve de philosophie. Au total, près d’un million de candidats (aux épreuves terminales ou anticipées) dont plus de 622.000 issus des classes de terminale passeront l’examen. Un candidat sur 5 se présente dans une série de bac pro. En 2009, ceux-ci pourront bénéficier d’une épreuve de rattrapage.
Quelque 150.000 correcteurs et examinateurs sont mobilisés pour évaluer 4 millions de copies traitant près de 5000 sujets élaborés pour la session.
Le bac revient à environ 42 millions d’euros, soit 60/65 € par candidat.
Autre nouveauté en 2009 : les élèves non candidats auront cours jusqu’à fin juin puisque la reconquête du mois a été généralisée à l’ensemble du territoire.

Articles les plus lus

A la Une seconde

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !