Avignon : dernière journée de visite riche en émotions

publié le 21 Juillet 2011 - Mis à jour le 25 Juillet 2011
3 min

La nuit est tombée sur la cité des Papes. C’est l’heure du retour à l’école Ortolans-Bouquerie pour les lycéens du Nord-Pas-de-Calais qui séjournent en Avignon. Ils viennent de voir “Lever de conflits” du chorégraphe Boris Charmatz.

Une salle de classe transformée en dortoir

Direction la chambre. Dans le dortoir où dorment six filles, seules quelques petites tables et chaises rappellent qu’on est dans une école élémentaire, au milieu de trousses de toilettes, habits éparpillés, lits défaits et chaussure orpheline.... Les lycéens se sont fait une joie de customiser le tableau noir à la craie. « J’ai trop mal aux pieds », se plaint Clémentine. « J’ai mal aux pieds depuis que je suis à Avignon », rétorque Marine. Les voix cèdent peu à peu la place au sommeil.

Envie de revoir le spectacle

Le lendemain matin, Clémentine se lève à 8 heures, avec quelques copines, pour assister à la rencontre avec Boris Charmatz. De retour à l’école, les filles annoncent d’une seule voix qu’il est « trop beau ». Toutes auraient très envie de revoir le spectacle après avoir entendu parler le danseur, mais l’heure est au bouclage des valises.

Ambiance fin de colo

L’ambiance au sein de l’école du centre ville d’Avignon a des airs de fin de colo. Le dernier déjeuner se partage en terrasse, dans une première cour, à l’ombre des arbres, rebaptisé “ le bocal “ par les lycéens. « On l’a appelé le bocal parce que c’est comme ça que Boris Charmatz appelle l’endroit où il expérimente avec ses danseurs », développe Adrien. « Nous, on a expérimenté des cocktails, sans alcool bien sûr ! On devait deviner ce qu’il y avait dedans », précise Marine, en utilisant déjà le passé.

Photos souvenirs et nouveaux amis sur Facebook

Un peu plus loin, Alexandre copie les photos du séjour sur la clef USB de son camarade Sylvain, tandis qu’un premier groupe part déjà pour la gare TGV. « On s’est fait des nouveaux amis venus de deux autres lycées. On va garder le contact sur Facebook », se rassure Sylvain, futur élève de première ES. « C’était génial et l’équipe d’animation est vraiment bien, mais je suis quand même content de retrouver mon lit, mes parents, mes habitudes… Et il faut que je m’occupe de ma tortue, mes poissons et mon chien », détaille Alexandre.


Pour Corinne Tintillier, professeure de lettres au lycée Woillez, à Montreuil-sur-mer (62), « C’est très crevant, mais chaque année, j’ai la même satisfaction de les voir repartir avec des petites étoiles dans les yeux ».

Texte et photos : Isabelle Maradan
19.07.2011

Articles les plus lus

A la Une seconde

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !