Pour quel master en commerce, économie ou gestion opter ?

Par Camille Jourdan, mis à jour le 08 Avril 2021
6 min

Au-delà de "commercial", de très nombreux métiers sont accessibles aux diplômés d’un master dans les domaines de l’économie et de la gestion. Ils sont recrutés dans tous les secteurs d’activité, et par des acteurs publics et privés. Pour répondre aux besoins du marché de l’emploi, les établissements d’enseignement supérieur proposent de nombreuses formations qui vous doteront d’un bac+5. Tour d’horizon...

Au terme de "gestion", les établissements préfèrent souvent celui de "management", dont les cursus visent à former des responsables d’entreprises, de projets, d’équipes… Certains débouchent sur des carrières dans le secteur public, d’autres préparent au monde de l’entreprise : PME, PMI, multinationales ou même entreprises solidaires.

Comment postuler ?

L’immense majorité des masters est sélective, sauf certaines formations universitaires accessibles de plein droit aux titulaires d’une licence dans le même domaine. Sinon, l’université comme les grandes écoles étudieront les résultats de votre parcours antérieur, mais aussi votre CV, et vous demanderont une lettre de motivation. Beaucoup vous convoqueront aussi à un entretien. Très souvent, un excellent niveau en langues étrangères, ou au moins en anglais, est requis ; certaines formations exigent ainsi un certain score au TOEIC, ou au TOEFL.

A noter enfin que de plus en plus de facultés recrutent leurs étudiants dès la première année de master (M1), et ceux-ci enchaînent ensuite en M2. Quant à l’entrée en MBA, elle est réservée à des personnes qui ont déjà au moins trois ans d’expérience professionnelle.

Lire aussi

Combien coûtent des études en master ?

Pour un master à l’université ou dans un Institut d’administration des entreprises (IAE), vous paierez les frais d’inscription universitaires, qui s’élèvent à quelques centaines d’euros par an, ainsi que la contribution à la vie étudiante et de campus (CVEC), soit 92€ (montant en 2020–2021). Le système de bourses mis en place par le Crous peut vous exonérer de ces frais.

En revanche, si vous choisissez une formation dans une grande école, comptez plusieurs milliers d’euros par an. Cependant, certaines formations sont accessibles en alternance ; les entreprises qui vous accueillent prennent en charge ces frais de scolarité, et vous êtes rémunéré.

Lire aussi

Numérique, international et développement durable : trois tendances phares

Le numérique a largement investi les masters de l’économie : le "commerce connecté" (à Lille), "commerce électronique" (à Strasbourg), ou encore le "marketing digital" ou la "transformation numérique des organisations" (à Mulhouse).

Quel que soit le master choisi, vous aurez du mal à échapper à la dimension internationale. Certains se concentrent cependant sur une zone géographique particulière. Paris-Est Créteil propose ainsi un master dédié au monde chinois et un autre au monde européen, quand l’université de Bordeaux-Montaigne mise sur les pays émergents et celle de Rennes 2 sur l’Amérique latine et la péninsule ibérique. Autre tendance : les formations liées au développement durable et à la responsabilité sociale des entreprises.

Lire aussi

Pour les titulaires d’une licence ou d’un master 1

Après la première année, qui pose les fondamentaux, vous avez généralement le choix entre plusieurs parcours. Ainsi, après le M1 "gestion de la production, logistique, achats" à l’université de Grenoble-Alpes, vous pouvez opter pour un M2 "management stratégique des achats" ou "management de la chaîne logistique".

Autre solution : intégrer une grande école de management (HEC, l’Essec, l’Edhec, ESCP Business School, Audencia, emlyon, etc.) Elles sont ouvertes, en admissions parallèles, aux titulaires d’une licence ou d’un master, ou ayant suivi un parcours en école d’ingénieurs. Sciences po héberge pour sa part une école de management et de l’innovation, et une autre dédiée aux affaires internationales.

Lire aussi

Pour les titulaires d’un master 2

La plupart des Mastères spécialisés® (MS) et Masters of science (MSc) sont accessibles aux titulaires d’un master 2. Un minimum d’expérience professionnelle est même parfois demandé. En octobre 2020, la Conférence des grandes écoles (CGE) a accrédité 44 nouveaux parcours ! Deux raisons principales peuvent vous pousser à suivre l’un de ces parcours :

  • après un cursus en économie ou gestion, vous souhaitez vous spécialiser dans un domaine spécifique : le "management urbain et immobilier" (MS® de l’Essec), le "marketing digital et la data science" (MSc ® d’emlyon), ou, grâce à de nouveaux parcours, la "mode et le business du luxe" (MSc® de Paris Business School) ou encore le "vin et le management de l’hospitalité" (MSc® de Kedge). .
  • après un cursus en ingénierie, en droit, ou en langues appliquées, vous souhaitez mettre à profit vos connaissances dans les domaines de l’économie ou de la gestion. Vous pouvez notamment suivre un MS® ou un MSc® pour découvrir l’univers de l’entreprise. Un tel diplôme vous permet d'arborer une double compétence.

Lire aussi

Pour quels débouchés ?

S’il est possible de poursuivre dans la recherche après votre master, vous serez généralement apte à entrer sur le marché du travail. Pas d’inquiétude à avoir quant aux débouchés : même si la crise économique liée à la crise sanitaire est toujours là, depuis début 2020, les titulaires de ces masters étaient ceux qui avaient le meilleur taux d’insertion (après l’enseignement), avec une majorité de postes en CDI et de fonctions cadres. Nombre de diplômés investissent la sphère privée, mais il y a également des postes prisés dans le public.

Articles les plus lus

A la Une Master, mastère, MBA

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !