1. Comment postuler dans l'aéronautique
Décryptage

Comment postuler dans l'aéronautique

Envoyer cet article à un ami

Secteur hautement tributaire des turbulences internationales, l’aéronautique recrute en dents de scie ces dernières années. Pourtant, les prévisions restent optimistes à 5 ou 6 ans, notamment grâce à l’augmentation du nombre de passagers et à la nécessité de remplacer les avions vieillissants par des modèles moins gourmands en énergie. Que vous visiez le transport aérien ou l’industrie aéronautique et spatiale, un recruteur vous conseille pour votre CV et votre lettre de motivation.Composé d’une centaine d’entreprises en France, le secteur aéronautique et spatial emploie près de 81 000 salariés et génère un chiffre d’affaires de 19,7 milliards d’euros, selon les dernières statistiques – 2003 – du ministère de l’Industrie (avec près de 60 % du chiffre réalisé à l’export). Et, avec l’ouverture des marchés asiatiques, les observateurs prévoient un triplement de la croissance du trafic passager sur l’Asie dans les dix ans à venir ! En France comme dans le reste de l’Europe, l’industrie aéronautique va donc offrir de nombreux emplois.

Des postes à tous les niveaux

L’aéronautique ne recrute pas que des ingénieurs ! Les entreprises du secteur recherchent aussi des ajusteurs, des contrôleurs qualité ainsi que des techniciens en composite, des mécaniciens aéronautiques, des chaudronniers ou encore des techniciens-dessinateurs capables de travailler en bureau d’études sur les plans des futurs appareils. De nombreux métiers, notamment dans l’industrie, sont donc accessibles à partir d’un BTS, d’un bac professionnel, d’un CAP (certificat d’aptitude professionnelle) ou d’un BEP (brevet d’études professionnelles).

Des formations "maison"


Face à la pénurie de main-d’œuvre pour les constructeurs (le nouvel avion européen A 380 a déjà accumulé du retard pour répondre à toutes les commandes !), les profils recrutés ne sont plus systématiquement des « purs » spécialistes : la tendance dans le secteur serait plutôt aux formations « maison » postrecrutement, pour s’adapter aux spécificités de chaque avion. Les besoins en compétences ne sont en effet pas les mêmes selon que l’on travaille chez Airbus, Eurocopter, Dassault aviation, SNECMA (spécialiste des turboréacteurs pour l’aviation civile) ou encore l’Agence spatiale européenne (pour les lanceurs Ariane 4 et 5 par exemple).

 

Les conseils d’un pro pour votre candidature

 
Virginie Estève, consultante spécialisée en aéronautique chez Randstad intérim.
 

Pourquoi ne pas commencer en intérim ?

"D’une part, les offres de postes en intérim sont nombreuses (chaudronnier, ajusteur aéro, contrôleur qualité, dessinateur-projeteur, etc.) et, d’autre part, cela permet d’accumuler plusieurs expériences professionnelles en peu de temps. On estime que 30 % à 35 % de la masse salariale du secteur de l’aéronautique travaillent en missions intérimaires (surtout sur des postes de débutants et techniques). Aux jeunes diplômés de faire ensuite savoir qu’ils souhaitent se faire embaucher à long terme."

Insistez sur votre mobilité et votre flexibilité

"Être mobile n’est pas obligatoire pour les métiers de la conception, de la construction ou de la maintenance, mais c’est un atout pour trouver un poste, car les sociétés disposent très souvent de plusieurs sites où les savoir-faire s’échangent. Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à préciser que l’on est motorisé et que les horaires décalés ne sont pas un problème. Sur les sites de fabrication, en effet, on travaille généralement en 2 X 8 (5 h-13 h ; 13 h-21 h) ou en 3 X 8 (5 h-13 h ; 13 h-21 h ; 21 h-5 h)."

Valoriser ses compétences techniques

L’aluminium et le composite sont les deux matériaux majeurs utilisés dans l’industrie aéronautique. Avoir travaillé ces matériaux spécifiques, même dans un autre pan de l’industrie, est une vraie carte à jouer. Il ne faut donc pas hésiter, si vous postulez pour des fonctions liées à la technique ou à la maintenance, à mettre cet atout en valeur sur le CV.

Les codes du milieu

 
Quel que soit le poste visé, on attendra de vous une grande rigueur. Et cela doit se "sentir" dans votre CV et votre lettre. Si vous êtes jeune diplômé sans expérience professionnelle significative, n’hésitez pas à mentionner toute action que vous avez menée lors de jobs, de stages, d’activités associatives, impliquant une prise de responsabilités. Enfin, évoquer votre goût pour le travail en équipe ne vous desservira pas, loin de là car, dans l’aéronautique, chacun est le maillon d’une longue "chaîne" de travail.

Sommaire du dossier
Aéronautique : un CV commenté Aéronautique : une lettre de motivation commentée