1. Un entretien d'embauche comme si vous y étiez : parler de la fin d'un contrat
Décryptage

Un entretien d'embauche comme si vous y étiez : parler de la fin d'un contrat

Envoyer cet article à un ami
Si le départ ne s'est pas bien passé, mieux vaut le dire… sans attribuer tous les torts à votre ancien employeur. // © Phovoir
Si le départ ne s'est pas bien passé, mieux vaut le dire… sans attribuer tous les torts à votre ancien employeur. // © Phovoir

Avez-vous été licencié, êtes-vous parti et pourquoi ? En exposant votre parcours à un recruteur, comment évoquer votre départ d'une entreprise ? Éléments de réponse avec des exemples commentés de dialogues extraits de vrais entretiens d’embauche* et retranscrits dans l'ouvrage “Le Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche” de Dominique Perez, spécialiste du recrutement.

Intervenant à la fin de la présentation d’une expérience professionnelle, l’explication du départ d’une entreprise est le moment de tous les dangers. Montrez comment et pourquoi vous avez fait tel ou tel choix, ce qui a “coincé”, comment vous avez négocié et/ou cherché une solution pour rester. Tous ces éléments vont conditionner une partie du choix du recruteur pour le poste qu’il propose.

Il arrive souvent que celui-ci prenne des références auprès des entreprises que vous avez quittées (les bonnes pratiques veulent qu'il vous demande auparavant l’autorisation) : autant être franc si le départ ne s’est pas bien passé et conseiller plutôt des contacts qui vous seront favorables !

Causes de départ : comment les recruteurs décryptent vos explications

Lors d'une formation sur la préparation à l'entretien de recrutement, proposée par l'organisme de formation Bernard-Bruche, les interprétations possibles du recruteur sur les raisons expliquant le départ d'une entreprise sont analysées. Préparez-vous à argumenter et à aller à l'encontre d'éventuels préjugés.

1/ Raison invoquée : Je suis parti parce que l'entreprise dans laquelle j'étais avait une mauvaise image.
Traduction du recruteur : Le candidat risque de fuir rapidement un milieu frustrant.

2/ Raison invoquée : Je suis parti pour cause de mésentente avec ma hiérarchie.
Traduction du recruteur : Derrière cette cause peut se cacher une absence d'efforts pour positiver une situation.

3/ Raison invoquée : Je suis parti parce que mon salaire était insuffisant.
Traduction du recruteur : Les besoins d'un individu ne sont pas contrôlables par une entreprise. La fuite en avant en matière de rémunération est un moyen de ne pas gérer sa propre situation.

4/ Raison invoquée : Je suis parti pour cause de mésentente avec mes collègues.
Traduction du recruteur : La mésentente peut avoir de nobles raisons. Par exemple, ce candidat était peut-être celui qui fournissait le plus de travail. Mais elle peut aussi être provoquée par un moindre travail, un favoritisme, la recherche de la meilleure place…

5/ Raison invoquée : Je suis parti à cause de mauvaises conditions de travail.
Traduction du recruteur : Il est indéniable que les conditions de travail peuvent être la cause d'un départ. Mais quelles sont les conditions de travail précises qui expliquent la fuite ? Elles peuvent peut-être se retrouver dans la nouvelle activité. Le recruteur va alors s'interroger sur les actions mises en œuvre par l'intéressé pour s'adapter à ses conditions de travail ou les modifier.

6/ Raison invoquée : Je suis parti parce que je n'avais pas de promotion.
Traduction du recruteur : De nombreux candidats souhaitent une promotion rapide, mais n'en ont pas toujours les capacités et se surestiment, ou bien n'ont pas le charisme pour l'obtenir.

7/ Raison invoquée : Je suis parti parce que j'étais mal secondé par mes subordonnés. J'avais des résultats, mais je n'ai pas été récompensé.
Traduction du recruteur : À côté de ces résultats, combien a-t-il eu d'échecs ? Une politique risquée peut apporter de grands succès mais aussi de grandes déconvenues…

8/ Raison invoquée : Je suis parti parce que je n'avais plus de vie privée.
Traduction du recruteur : Quelle est la valeur que ce type de candidat va accorder à l'entreprise ? Est-il prêt à faire les efforts nécessaires en contrepartie du salaire qu'il demande ?

9/ Raison invoquée : Je suis parti parce que je manquais totalement d'autonomie dans mon travail.
Traduction du recruteur : L'autonomie s'acquiert. La vraie question est : le candidat a-t-il eu une attitude passive ou active ?

* Tous les entretiens dont des extraits sont publiés dans ce dossier ont été menés par Laurent Hyzy, chasseur de têtes, aujourd'hui directeur du cabinet Alterconsult et auteur du blog “Le recrutement tout simplement”, et par une consultante en recrutement du cabinet Alain Gavand Consultants.

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Le Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche”,
par Dominique Perez, spécialiste du recrutement.

Sommaire du dossier
Une cadre commerciale évoque en entretien son départ conflictuel d'une société Un cadre présente à un recruteur son licenciement par un précédent employeur