1. Permis de conduire : le mode d'emploi
Décryptage

Permis de conduire : le mode d'emploi

Envoyer cet article à un ami
Le permis de conduire est un examen difficile qu'il faut bien préparer. // © Pablo Armelles
Le permis de conduire est un examen difficile qu'il faut bien préparer. // © Pablo Armelles

Cette année, c’est décidé, vous passez le permis. Préparez-vous à bachoter… et à casser la tirelire ! Voici à quoi vous attendre côté examens et côté budget, que vous visiez le permis B ou le permis moto.


Avec le bac, le permis de conduire est sans doute l'examen qui marque le plus nettement votre passage vers l'autonomie et le monde adulte. Indispensable pour pouvoir prendre le volant d'une voiture, ce fameux "document rose" a changé de forme à la rentrée 2013. Pour prendre le guidon d'une cylindrée de plus de 125 cm3, il faut désormais en plus suivre une formation de 7 heures après avoir obtenu le permis B. Place au permis électronique. Quant aux épreuves qui permettent de le décrocher, elles restent très exigeantes.

Examen : des épreuves successives, théorie et pratique

Dès que votre inscription est validée par votre auto-école, vous pouvez commencer les leçons de code et de conduite, sans attendre que le dossier soit enregistré par la préfecture. Si vous décidez de passer les examens en candidat libre, vous devez vous inscrire vous-même auprès de la préfecture en remplissant un formulaire en ligne.
 
L’examen du code : cette épreuve théorique compte 40 questions portant sur le fonctionnement du véhicule, la signalisation routière ou encore les amendes dont vous devrez vous acquitter en cas de contravention. Vous devrez obtenir un minimum de 35/40 pour réussir cette première épreuve. Elle a été réformée en 2016, et de nouveaux thèmes sont abordés : les nouvelles technologies et la conduite, la perception des risques, les gestes basiques de premier secours et l’écoconduite. Notez que le code est indispensable pour pouvoir se présenter à l’examen pratique. En cas d’échec, la réinscription coûte une cinquantaine d'euros. Le code de la route reste valable pendant cinq ans, passé ce délai, il faudra le repasser pour pouvoir accéder au passage du permis de conduire.

L’examen de conduite : cette épreuve dure 32 minutes (avec les vérifications de documents), dont au moins 25 minutes de conduite réelle. L’examinateur vous guidera pour les changements directionnels. Le test comprend obligatoirement 2 manœuvres (demi-tour, créneau, rangement en épi…), et la vérification d’un élément technique, à l’intérieur et à l’extérieur du véhicule. La grille d’évaluation compte 30 points. Il faut 20 points pour obtenir le permis, et ne pas commettre d’erreur éliminatoire.

Permis : 3 années probatoires

Pendant trois ans (deux ans si vous avez passé le permis avec la conduite accompagnée) vous aurez le statut d'"apprenti". Lorsque vous l’obtenez, le permis est probatoire avec 6 points au lieu de 12. Vous acquerrez vos 6 points restants à raison de 2 ou 3 par an suivant le nombre d’années de permis probatoire, à condition bien sûr de ne commettre aucune infraction.
Cette formule a de quoi vous inciter à la prudence, d'autant que, d'après l'association Prévention routière, "les jeunes de 18 à 24 ans forment une catégorie à risque pour les accidents de la route : en 2014, alors qu'ils constituent 8 % de la population, ils représentent 17 % des tués et 19 % des blessés hospitalisés". 582 sont morts sur la route cette année-là.

La conduite accompagnée

Pour prétendre à un apprentissage anticipé de conduite, il faut avoir un accompagnateur qui justifie de cinq ans de permis B. Avant le début de l’apprentissage, l’élève (qui a au minimum 15 ans) et son accompagnateur passent deux heures de leçon avec le formateur de l’école de conduite. La conduite accompagnée dure au moins un an, au cours duquel 3000 kilomètres doivent être parcourus. Désormais, elle permet aussi de passer l’épreuve de conduite dès 17 ans et demi. Toutefois, en cas de succès, le candidat ne pourra conduire seul qu’à partir de 18 ans.

Et aussi

La conduite supervisée et la conduite encadrée sont deux autres possibilités. La première s’adresse aux plus de 18 ans, pour parfaire leur conduite avant l’examen ou après un échec. La deuxième concerne des jeunes qui préparent des diplômes professionnels menant aux métiers de la route, comme un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) de conducteur routier par exemple. Dans ce cursus, l’élève passe les épreuves du code et de la conduite qui font partie de sa formation. C’est l’obtention de son diplôme final qui valide l’obtention du permis de conduire. Il peut parfaire sa conduite avec un accompagnateur de son choix, après accord du chef d’établissement.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Permis de conduire : les bons plans pour rouler sans vous ruiner Permis de conduire : quatre permis pour les deux-roues Permis de conduire : trouver la bonne auto-école, au bon prix Permis de conduire : le mode d'emploi Permis de conduire : votre premier véhicule