1. Lifestyle
  2. Stress, anxiété, insomnie : comment bien gérer pendant ses études
  3. Enquête USEM 2009 : la filière d’études influe sur la santé des étudiants

Enquête USEM 2009 : la filière d’études influe sur la santé des étudiants

Envoyer cet article à un ami

Pas toujours facile de rester zen entre les révisions, les examens, les petits boulots… Heureusement, des trucs existent pour éviter que le stress ne vous gâche la vie.

Pour 94,8 % des étudiants, leur état de santé est “bon” ou “plutôt bon” : c'est ce qui ressort de l’enquête* 2009 de l’USEM (Union nationale des sociétés étudiantes mutualistes régionales) sur la santé étudiante, qui paraît tous les 2 ans. Reste que certains maux (stress, insomnie...) persistent et touchent particulièrement certaines catégories.

45 % des femmes avouent mal gérer leur stress
Les étudiants interrogés sont ainsi 75 % à déclarer ressentir de la somnolence, 34,5 % avouent avoir des difficultés à gérer leur stress (45,1% des femmes contre 23,3% des hommes) et 22,6 % ont des problèmes de sommeil (25,6 % des femmes contre 18,9 % des hommes). Enfin, 8,5 % ont eu des pensées suicidaires au cours de l’année écoulée (9,9 % des femmes contre 6,8 % pour les hommes). Ainsi, les femmes seraient donc plus souvent en souffrance que les hommes.

Le mal-être des étudiants en lettres et langues
Cette enquête révèle également que l’âge et la filière d’études influent sur le mal-être des étudiants qui augmente tout au long de leur cursus et notamment à partir de 21 ans. De plus, 18,5 % des étudiants des filières lettres et langues ont une vision négative de l’avenir, contre 6,2 % en filières médicales ou paramédicales.

Les étudiants renoncent encore aux soins
En ce qui concerne la proportion des étudiants ayant consulté un professionnel de santé au cours des 6 derniers mois, elle est passée de 83,6 % en 2007 à 80,5 % en 2009. Cette baisse se répercute sur la consultation des généralistes pour l’ensemble des étudiants (84,7 % en 2007 contre 80 % en 2009) et des gynécologues pour les femmes (43,5 % en 2007 contre 38,3 % en 2009).

Seuls 83,7 % des étudiants possèdent une complémentaire santé. Les autres estiment que cela coûte trop cher. Un constat qui renforce la proposition des mutuelles étudiantes régionales de l’USEM auprès des pouvoirs publics visant à créer un “chèque santé étudiant” pour faciliter l’accès à une complémentaire santé pour les étudiants.

Consommation excessive d'alcool pour 12,5 % des étudiants
Côté consommation, l'alcool reste la substance psycho active la plus répandue dans la population étudiante. 73,7 % des étudiants déclarent en boire au moins une fois par mois. La consommation excessive d’alcool concerne 12,5 % des étudiants qui boivent 5 verres ou plus au cours d’une occasion. Les hommes consomment significativement plus que les femmes : 79,4 % des hommes contre 69,2 % des femmes.

10,5 cigarettes par jour pour les 23 ans et plus
Quant au tabac, bien que cette enquête révèle une baisse de la consommation, elle souligne aussi qu les étudiants les plus âgés sont ceux qui fument le plus. Les 23 ans et plus en fument en effet en moyenne 10,5 par jour. Enfin, le cannabis a été expérimenté au cours de l’année par 20,8 % des étudiants. Soit une proportion bien plus importante qu’en 2007, puisqu’il n’était que de 12,2 %.
 
(*) Cette enquête à a été réalisée en partenariat avec CSA Santé et avec le soutien du ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative. Elle a été lancée auprès de 50.000 étudiants par questionnaire. Parmi les étudiants interrogés, plus de 12 000 (soit 24,1 %) ont répondu.

Une situation à surveiller selon le président de l'USEM

Selon Cédric Chevalier, le président de l’USEM, “le malaise existant dans les filières littéraires et sciences humaines m’a beaucoup marqué dans cette enquête. D’autant qu’elle a été réalisée avant les manifestations universitaires. Cela prouve bien que ces filières génèrent un vrai stress et une angoisse quant à l’avenir. Le fait aussi que le mal-être des étudiants augmente tout au long de leurs études nous conforte dans notre vigilance et dans l’idée de poursuivre nos actions de prévention durant toute leur vie d’étudiant. En ce qui concerne le manque d’informations sur les complémentaires santé, cela rejoint la politique des mutuelles étudiantes régionales qui souhaitent s'adresser directement auprès des étudiants. Enfin, nous avons été aussi très sensibilisés sur la demande d’informations des étudiants sur deux nouveaux thèmes : les violences sexuelles (citées par 6,9 % d’entre eux) et l’identité sexuelle (citée par 5,5 % des étudiants).”

Séverine Tavennec
juin 2009
 

À consulter aussi :
- Mon ado va mal : difficulté passagère ou souffrance ?
- Comment lutter contre le harcèlement à l'école.
- Les chroniques du pédopsychiatre Marcel Rufo.
Sommaire du dossier
Retour au dossier Relaxation : faites-vous plaisir Sommeil : calculez l’heure idéale de votre coucher Alimentation : évitez les excitants après 17 heures Exercice physique : aérez-vous la tête Automédication : avec prudence Que faire en cas de dépression : l'avis de Dominique Barbier, psychiatre Ne subissez pas la violence ! Enquête USEM 2009 : la filière d’études influe sur la santé des étudiants