1. Marcel Rufo : "Bonne route"
Décryptage

Marcel Rufo : "Bonne route"

Envoyer cet article à un ami

Mes chers petits, il est d'usage, à la fin d'un travail psychanalytique, que l'analyste, rompant pour une fois avec sa position de neutralité bienveillante, déclare à son analysé : "Bonne route !" Joli signe de confiance, preuve du chemin accompli, de la conquête de la liberté de penser, grâce au fait d'avoir en partie décrypté les processus inconscients qui risquent de gêner le fonctionnement du Moi.

Vous vous êtes souvent moqué de moi et de mon classicisme. Vous avez même protesté. Je me souviens encore de ta sœur qui se prononçait pour une clinique de la réalité ; j'espère vous avoir démontré, lors de nos débats, que l'imaginaire infiltre le quotidien et que, souvent, en tenir compte permet un vrai décryptage. Un sondage Ipsos récent fait état des "premières fois chez les adolescents". On y apprend que, finalement, les choses n'ont pas beaucoup changé : premier baiser, première relation sexuelle, première cuite. Le vrai changement, c'est le mobile, l'omniprésence des réseaux sociaux. Sur ce thème, l'étude montre que 89% des 15-16 ans et 89% des 17-18 ans ont un téléphone portable. D'autres données sont surprenantes et satisfaisantes : 55% des 17-18 ans penchent vers le service civique. Bravo ! Mais... seuls 23% de la même tranche d'âge ont voté. Et... vous n'êtes pas dupes : 70% d'entre vous considèrent que le départ du domicile parental est l'étape la plus importante vers l'autonomie. Suivent le travail et la parentalité mais, là, il s'agit plutôt de l'état d'adulte.

Une interprétation de ces données, non pas sociologique mais psychologique (vous connaissez mon péché mignon !) : nous, parents, grands-parents, avons fait d'énormes progrès. On cherche à vous comprendre plutôt qu'à simplement vous éduquer. Alors... comment s'éloigner d'un lieu, d'un cocon où l'on se sait non seulement respecté mais aussi protégé ?

Cependant, ce milieu familial qui a tant progressé comporte un défaut constitutif : il doute que vous ayez les mêmes conditions de progrès dans le futur. Ce sera plus difficile pour vous. Combien de fois m'avez-vous opposé les Trente Glorieuses pour justifier vos inquiétudes ? Fondamentalement, avec optimisme, je crois à votre avenir. Je sais que vous l'organiserez à votre sens, avec toute l'inventivité et les capacités qui sont les vôtres. Alors c'est le moment, mission accomplie, bonne route à vous tous et à vous toutes.

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5du lundi au vendredi, à 9h55.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"