1. Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire"

Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire"

Envoyer cet article à un ami

Régulièrement, le pédopsychiatre Marcel Rufo vous donne des conseils sous la forme d’un courrier au petit-fils ou à la petite-fille que vous pourriez être pour lui.

marcel rufoTon grand-père est addict de compétitions sportives à la télé. Plus il se plaint des genoux, plus il regarde le sport. Il visionne tous les championnats européens de foot, bien qu’il préfère le rugby. Fin août, il était "scotché" pour les championnats du monde d’athlétisme. Le sport, opium du peuple, nous permet sans doute de lutter par procuration. Observons l’homo supporterus : il perd toute dignité, il est débraillé, éructe, il hurle de manière grégaire avec une satisfaction repue. Il peut être maussade, bougon, sub-agressif en cas de défaite. Pourtant, ce n’est qu’un jeu. "On est les champions, on est les champions, on est, on est…" Toi aussi, tu critiques tel troisième ligne, mais tu ne veux pas entendre parler des tonnes de fonte à l’entraînement, des jours de musculation qu’il s’impose pour déblayer les adversaires lors des rucks.

Le réel est drôlement plus dur que le virtuel. Parce qu’aux jeux vidéo, tu es toujours champion du monde. Au lycée, tu peux détester la compétition, mais tu approches du numerus clausus, ou de l’admission en master, bref de la sélection.

Tu détestes perdre, tu ne veux que gagner. Tu sais que pour éviter le doute, il faut surtout ne pas se comparer. Tu as si peur d’échouer. Tu fais le pitre, cela t’évite de travailler. L’échec est tellement plus facile que la réussite. Pourtant, au fond de toi, dans le gouffre de l’intime, n’y a-t-il pas un petit juge qui te ressemble et que tu n’arrives pas à chasser de tes pensées ? Souffrir sur une question, même si tu te précipites sur Google, t’enrichit. Quelque temps après, tu t’en souviens, l’action de rechercher, c’est la connaissance.

Se confronter fait grandir. S’opposer impose le progrès. Les filles, privées depuis des millénaires de compétition, ont entamé leur revanche. On commence à comptabiliser de manière non paritaire leur succès sur l’autre sexe. Il faut faire attention à elles. On dirait qu’elles ont plus de mémoire, qu’elles se tiennent plus tranquilles en groupe. On surprend parfois dans leur regard un zeste de mépris.

Lutter, souffrir un peu pour se construire. Accepter chez l’autre les qualités que l’on rêve d’obtenir. N’est-ce pas la traversée obligatoire vers l’exploration de soi pour conquérir sa liberté ?

Retrouvez le pédopsychiatre Marcel Rufo, dans l’émission "Allô Rufo", sur France 5 tous les jours de la semaine à 10 h 05.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Marcel Rufo : Révise bien Marcel Rufo : engagé en médecine Marcel Rufo : Erasmus prolonge la saison des amours Marcel Rufo : il faut que le bizut passe ! Marcel Rufo : harcèlement à l’école Marcel Rufo : tricher Marcel Rufo : l’internat Marcel Rufo : l’incroyable modernité de la génération Y Marcel Rufo : "La ville universitaire que vous aurez choisie deviendra une part de votre identité" Marcel Rufo : "Tout se rejoue toujours" Marcel Rufo : "La rentrée universitaire est un nouveau départ de votre vie, de votre devenir" Marcel Rufo : le temps des étoiles filantes Marcel Rufo : petits boulots, petits remplacements Marcel Rufo : l’inquiétude d’entrer en prépa Marcel Rufo : Pas d’effort sans confort Marcel Rufo : Vive l’histoire ! Marcel Rufo : "La bourse ou la vie" Lettre à mon petit-fils : Amours virtuelles Marcel Rufo : "Lutter, souffrir un peu pour se construire" Marcel Rufo : "À un promeneur de lycée" Marcel Rufo : “Ne pas oublier les anciens” Marcel Rufo : "Vacances humanitaires" Marcel Rufo : " Choisir d’être parents-étudiants" Marcel Rufo : "Une année sabbatique" Marcel Rufo : "Médiateur : un métier impossible" Marcel Rufo : "Vive les sciences humaines !" Marcel Rufo : "Soyez 'sophraddict' !" Marcel Rufo : "Des études, puis un métier" Marcel Rufo : "Enseignante, c’est maintenant !" Marcel Rufo : "Bonne route"