1. Master professionnel : cap sur l’emploi
Coaching

Master professionnel : cap sur l’emploi

Envoyer cet article à un ami

Véritable sas entre les études et la vie professionnelle, le master professionnel n’a qu’un but : former des jeunes opérationnels pour l’entreprise. Et ça marche : les étudiants sont nombreux à se presser aux portes de ces formations reconnues par les professionnels et peu onéreuses.

Si dans certaines filières, comme les sciences, la question de la sélection se résout aisément, dans d’autres – particulièrement dans les masters les plus renommés –, vous serez en concurrence avec des centaines de candidats, pour seulement une trentaine de places par promotion. Pour assurer un programme de qualité et des débouchés professionnels à leurs étudiants, les responsables de ces programmes prévoient des promotions de taille réduite composées des meilleurs éléments.

Pas de sélection en M1, mais en M2

Jusqu’à présent, la sélection s’opère presque toujours en M2 (deuxième année de master), l’entrée en M1 étant en principe de droit, hormis certains prérequis académiques. Mais de plus en plus de voix s’élèvent contre ce "couperet" en milieu de cycle.

Préparer les épreuves

Les responsables de formation ont toute liberté pour organiser leur processus de sélection. Le plus souvent, si votre dossier est accepté, vous serez convié à un entretien. Sur le modèle des grandes écoles, certains masters organisent aussi des épreuves écrites de sélection : QCM, épreuves de synthèse, test d’anglais… Avoir effectué au moins un stage dans le domaine est toujours un avantage, parfois même une condition nécessaire. Au final, votre motivation et la cohérence de votre projet professionnel avec le cursus feront la différence.

Donc, évitez les candidatures multiples, surtout dans une même fac et dans des spécialités très différentes. Pour les jurys, elles sont le signe d’un projet peu abouti et d’une motivation fragile.
  

Fiche d’identité du master professionnel

 

Objectif

Acquérir une spécialisation pointue ou une double compétence et être opérationnel pour entrer sur le marché du travail à l’issue du master.

Durée

Deux ans (ou quatre semestres) avec un bac + 3 (180 crédits). Le plus souvent, on ne choisit sa spécialité qu’à l’issue de la première année. L’inscription en M2 est alors ouverte aux étudiants extérieurs.

Conditions d’accès

Elles varient selon les universités et les masters. Théoriquement, la sélection ne s’opère pas en M1 (ou seulement à travers des prérequis), mais en M2. Elle comporte dans tous les cas un examen de dossier, souvent un entretien avec un jury et parfois des tests écrits.

Lieux de formation

Dans les universités et instituts qui leur sont rattachés (IAE [instituts d’administration des entreprises], IEP [instituts d’études politiques]) ; dans les écoles d’ingénieurs et de commerce, en partenariat avec l’université.

Coût

226 € par an en formation initiale (avec parfois une participation supplémentaire, notamment dans les IAE), beaucoup plus en formation continue.

Sommaire du dossier
Au programme des masters professionnels En master professionnel : apprendre par la pratique Le stage de master professionnel : un baptême du feu Et après un master professionnel ?