1. Admission en prépa ECS : les clés de la candidature réussie d’Adam
Portrait

Admission en prépa ECS : les clés de la candidature réussie d’Adam

Envoyer cet article à un ami
L'ESSCA, campus d'Angers. // © ESSCA
L'ESSCA, campus d'Angers. // © ESSCA

Après son bac S obtenu au lycée Sainte-Ursule (Paris XVIIe), Adam décide de se lancer dans une prépa économique et commerciale option scientifique. Retour sur ce qui a convaincu dans sa candidature, un dossier bon mais avec des résultats irréguliers.

"Le rythme de la prépa est extrêmement dur, mais je vois le bout du tunnel ! À l'issue des concours, personne ne se retrouve sans école. Et au pire il y a la possibilité de cuber." Adam, étudiant en deuxième année de prépa commerciale option scientifique à Ipesup (Paris), voit approcher les concours et ressent la pression et la concurrence. "Mais ce n'est pas le bagne non plus et il existe un minimum de cohésion entre élèves", nuance-t-il.

Après son bac S (spécialisation maths) obtenu au lycée Sainte-Ursule (Paris XVIIe) et bien qu'il ait également obtenu un avis favorable pour entrer en prépa au lycée Saint-Jean-de-Passy (Paris XVIe), il opte finalement pour la prépa privée. "Par pragmatisme, elle offrait de meilleurs résultats."

LA CANDIDATURE D'ADAM

Cliquez  sur le mode "Plein écran" dans la barre ci-dessous pour la voir en plus grand.

L'ANALYSE DE SON DOSSIER

La prépa Ipesup 

Environ 30 % d'admis

"Notre procédure d'admission est indépendante et s'effectue hors APB. Nous examinons toutes les candidatures (350 à 400 chaque année), explique Patrick Noël, codirecteur général. Celles qui sont acceptables sont suivies systématiquement d'un entretien avec le candidat (180 à 200 candidats ont passé un entretien d'admissibilité). Souvent nous procédons aussi à un oral de maths, matière cruciale en prépa HEC."

“Les candidats à une prépa commerciale doivent être bons en français, langues, philo, histoire-géo et géopolitique
Selon lui, les notes et les appréciations ne sont pas toujours suffisantes pour être sûr du niveau du candidat. "Les maths ne doivent pas être un point de faiblesse excessif, poursuit-il. On ne regarde pas les notes de physique-chimie ni de SVT : nous ne sommes pas une prépa maths sup. En revanche, les candidats à une prépa commerciale doivent être bons en français, langues, philo, histoire-géo et géopolitique. Ainsi, un candidat de terminale S doit être bon en maths et ne pas avoir négligé les matières littéraires." Un dossier qui ne remplit pas ces critères est refusé systématiquement.

Recrutant tardivement, hors calendrier APB, les notes du troisième trimestre de terminale et même les notes du bac peuvent être prises en compte. "Ainsi, un candidat qui a un dossier de 1re en demi-teinte, mais qui se met sérieusement au travail en terminale et dont les résultats suivent, a sa chance chez nous alors qu'il n'aura pas obtenu certaines prépas moyennes sur APB. Les élèves retenus montrent leurs capacités à appuyer sur l'accélérateur. C'est un pari que nous faisons à côté du recrutement de très bons élèves." Au final, 110 à 120 dossiers sont acceptés, soit un taux d'admission d'environ 30 %.

Le commentaire d'Adam

"J'ai tenté cette prépa pour ses bons résultats aux concours"

"En terminale, je voulais faire une prépa mais à l'époque (2013), j'hésitais entre prépa scientifique ou commerciale. Finalement j'étais plus attiré par la seconde. J'avais tenté via APB les prépas des lycées Saint-Jean-de-Passy, Janson, Lakanal... J'avais eu un avis favorable pour le premier et j'étais pris aussi à l'université Dauphine. J'ai opté pour la prépa Ipesup par pragmatisme : les résultats aux concours des grandes écoles de commerce y étaient meilleurs. Dans mon dossier, j'ai fourni les bulletins de notes depuis la 1re, des lettres de recommandation du prof de maths et un chèque de 150 € pour frais de dossier.

Le problème de mon dossier c'est qu'en terminale, j'avais des notes inégales. Au deuxième trimestre ma moyenne est tombée à 11. Ipesup m'a fait passer un oral de maths qui s'est révélé très simple pour vérifier mon niveau. Ensuite, j'ai passé un entretien très bref (moins de 10 minutes) où on a parlé d'histoire, de culture générale et d'actualité. Il s'agissait moins d'un examen de connaissance qu'un dialogue basé sur des questions se rapportant à l'enseignement en prépa commerciale."

L'avis du jury

"Un candidat aux résultats irréguliers qui s'est révélé en prépa"

Si les notes d'Adam au bac français étaient correctes, en maths, c'était très irrégulier : autour de 10 en 1re, puis 14 au premier trimestre de terminale, 11 au deuxième, puis enfin 15 au dernier trimestre et 18 au bac. "Pour moi, ce candidat a eu un moment d'hésitation, s'est mis au travail, et au final, ça a payé, analyse Patrick Noël. Typiquement, ce type de dossier nous intéresse car il prouve que l'étudiant a des capacités. Certes il les a utilisées un peu tard, mais de fait, il nous prouve qu'à partir du moment où il a décidé de travailler sérieusement, les résultats suivent. En première année de prépa, Adam s'est révélé un très bon élève : il était 6e de sa classe sur 37 élèves.

Retour au sommaire

Admission en classe prépa : 6 candidatures passées au crible

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir sa candidature pour entrer en filière sélective", par Séverine Maestri.

 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Admission en prépa ECS : les clés de la candidature réussie d’Adam Admission en prépa économie-gestion (ENS Cachan D2) : les clés de la candidature réussie de Dylan Admission en prépa BCPST : les clés de la candidature réussie de Pauline Admission en prépa MPSI : les clés de la candidature réussie d’Ugo Admission en hypokhâgne : les clés de la candidature réussie de Sébastien Admission en prépa lettres supérieures A/L : les clés de la candidature réussie de Xavier