1. L’ambiance en prépa HEC : “l’émulation” plutôt que la “compétition”

L’ambiance en prépa HEC : “l’émulation” plutôt que la “compétition”

Envoyer cet article à un ami

Kévin, 20 ans, sort de 3 années en classe préparatoire commerciale. Au lendemain des concours, le jeune homme, finalement admis à l’EM Lyon, pousse une dernière fois la porte du lycée Jacques-Decour, à Paris, pour témoigner de son expérience. Ce qu’il retient de ces années d’efforts soutenus : la necessité de faire preuve d’endurance pour tenir le rythme effrené de la prépa HEC.

Kevin, 20 ans, prépa HEC au lycée Jacques-Decour (Paris) - AmbianceAprès en avoir fini avec sa terminale S, Kevin est arrivé en classe prépa HEC au lycée Jacques-Decour (Paris) en pensant y trouver l’esprit de compétition impitoyable du chacun pour soi. “Mon a priori s’est dissipé dès le jour de la rentrée, où les professeurs nous ont clairement fait comprendre que ça ne se passerait pas comme ça, et que la seule chose qu’ils voulaient voir, c’est une atmosphère d’émulation entre nous”, explique-t-il.

Pas de coups bas en 3 ans

“Je ne dis pas qu’en prépa vous ne ressentirez jamais la logique de classement, ce serait mentir car elle est toujours un peu présente dans l’atmosphère, explique-t-il. Mais en 3 ans, je n’ai jamais vu de coups bas ni de mauvaises intentions. Je n’ai perçu de la jalousie que chez une seule personne qui, au final, s’est retrouvée peu à peu à l’écart de la classe.”
Dans sa promo composée pour les deux tiers de filles, il atteste d’une bonne entente entre étudiants, qui s’entraident pour les révisions et sortent ensemble les week-ends. En première année, Kévin a notamment donné des cours de maths à un ami qui l’aidait pour la philosophie.

“La bonne ambiance générale participe à la réussite de chacun”

Une entraide essentiellement concentrée sur les premiers mois de cours puisque ces collaborations, explique-t-il, s’estompent au fil du temps lorsque chacun s’organise et s’acclimate à sa nouvelle méthode de travail. “Si les étudiants finissent un peu par se refermer sur eux-mêmes pour réviser, cela ne signifie pas qu’ils ne sont plus disponibles pour celui qui rencontre des problèmes”, précise-t-il.
Le jeune homme évoque aussi de nombreux échanges entre les élèves de première et deuxième années. Outre la traditionnelle soirée d’intégration au mois d’octobre, les 2 promotions se mélangent dans les couloirs de l’école comme dans les bars ou au cinéma le samedi soir. “Il faut être conscient que la bonne ambiance générale participe à la réussite de chacun, souligne-t-il. Voilà pourquoi nous sommes tous soudés.”
Pour aller plus loin
Testez votre motivation : êtes-vous fait pour la prépa ?
Découvrez notre enquête : prépa, est-ce vraiment l’enfer ?
Visionnez notre débat en vidéo : la prépa, toujours un bon choix ?
Les conseils d’Éléonore, en prépa littéraire,  et de Théotime, en prépa scientifique.
Consultez notre palmarès des prépas.

Flavien Bascoul
Octobre 2010
Sommaire du dossier
Retour au dossier Trois ans d’efforts en prépa HEC : un vrai marathon pour Kévin Les profs de prépa HEC selon Kevin : “pédagogues et disponibles” L’ambiance en prépa HEC : “l’émulation” plutôt que la “compétition” Le bilan de Kevin, après sa prépa HEC : “Ne pas hésiter à cuber pour décrocher l’école visée”