1. Vincent, ingénieur bureau d’études : “J'élabore des plans à partir desquels seront effectués les travaux”
Reportage

Vincent, ingénieur bureau d’études : “J'élabore des plans à partir desquels seront effectués les travaux”

Envoyer cet article à un ami

Le diplôme d’ingénieur mène à des métiers variés, y compris au sein d’un même secteur d’activité. Reportage sur le chantier de rénovation des Halles de Paris, où s’affairent des entreprises de Vinci Énergies, pour découvrir 5 manières différentes de travailler comme ingénieur dans le BTP.

La mission de Vincent, 25 ans, quand Vinci Énergie reçoit des projets ? Intervenir en amont pour dessiner les plans des travaux. Pour les futures Halles de Paris, c’est à lui qu’a été confiée la mise en place des ventilateurs permettant d’évacuer la fumée en cas d’incendie.

 
Son parcours

 
Entré directement après le bac à l’ICAM (Institut catholique des arts et métiers) Toulouse, une école généraliste, Vincent n’avait pas spécialement orienté ses études vers le BTP. “C’est un domaine qui m’attirait et que je voulais tenter. Mon stage de fin d’études sur un chantier de Vinci Énergies m’a permis de découvrir l’aspect multitechnique et très relationnel de ce secteur”, raconte le jeune homme, embauché en 2009 comme ingénieur travaux.

Cependant, poursuit-il, “je me suis rendu compte que je manquais de connaissances techniques dans certains domaines, et j’ai demandé à passer en bureau d’études pour progresser”. Pour autant, Vincent se dit “content d’avoir commencé par le chantier : ça permet d’avoir mis les pieds sur le terrain”.

 
Sa mission

 
Pour chaque projet, l’entreprise reçoit un cahier des charges qui en décrit les caractéristiques techniques. L’ingénieur en bureau d’études effectue alors des relevés de terrain et des calculs pour dimensionner les équipements de manière optimale, au niveau technique et financier. Sur son ordinateur, et aidé de dessinateurs, il élabore les plans à partir desquels seront effectués les travaux. “L’objectif est de faciliter en amont la vie de ceux qui arrivent sur le chantier”.

Vincent, ingénieur bureau d'études chez Vinci Énergies, sur le chantier des Halles de Paris
Grâce aux relevés de terrain et aux calculs qu'il effectue en amont,
Vincent dessine les plans du chantier.

 
Son rôle sur le chantier des Halles

 
Comme tous les tunnels, les voiries souterraines des Halles sont équipées d’un système de ventilation qui permet d’évacuer la fumée en cas d’incendie. Dans ce cadre, le rôle de Vincent consiste à calculer le débit et la pression nécessaires aux ventilateurs, en fonction du nombre de véhicules en circulation, de la pollution qu’ils dégagent, de la pente du tunnel…

On vérifie aussi les fiches techniques du fournisseur, pour s’assurer notamment que les ventilateurs résistent à une certaine température pendant une durée donnée”, explique Vincent. Les relevés de terrain permettent de mesurer précisément la taille des gaines de ventilation qui passent dans le tunnel, la hauteur à laquelle il faut les installer et de définir leur cheminement.

En outre, à côté du tunnel où circulent les voitures se trouvent des usines de ventilation, dans lesquelles il faut climatiser les locaux électriques. Pour cela, Vincent doit “chercher le système qui consomme le moins, tout en étant assez simple à mettre en œuvre”.

Néanmoins, les plans ne sont pas figés une fois pour toutes ! Comme souvent sur un chantier, il faudra y apporter des changements en fonction de la réalité du terrain et des aléas des travaux. “Parfois, les personnels du chantier nous disent qu’il n’est pas possible de monter une gaine à l’endroit prévu, raconte Vincent. On modifie alors les plans en conséquence et on refait des calculs pour essayer que ça ne se répète pas !”

 
Ce qu’il aime le plus

 
Pour réaliser ses études, Vincent entre “en relation à la fois avec les fournisseurs de matériel, le client, les dessinateurs et le personnel de chantier”. Des échanges qu’il apprécie, même si son métier est avant tout technique.

 
Ce qu’il aime moins

 
Passer sa journée devant l’ordinateur à faire des calculs peut avoir “sur le long terme un petit côté lassant, admet Vincent. Mais l’aspect technique me plaît”, nuance-t-il. D’ici quelques années, il aimerait bien devenir responsable d’affaires. “Beaucoup de formations sont proposées en interne, l’évolution est possible”.

 
Son conseil

 
Choisissez un stage dans un secteur qui vous attire, même si vous ne savez pas bien à quoi vous attendre. Il n’y a pas d’autre solution pour découvrir un métier.”
  
Sommaire du dossier
Retour au dossier Mathieu, responsable d’affaires : “Je suis au quotidien l’avancée des travaux des futures Halles de Paris” Vincent, ingénieur bureau d’études : “J'élabore des plans à partir desquels seront effectués les travaux” Émilien, ingénieur sécurité : “Je m’assure que les normes sont respectées sur le chantier” Jean-Romain, ingénieur automaticien : “Je mets au point le process d’exploitation du tunnel des Halles” Kamal, chef de centre d’activité : “Je coordonne l’activité des différents responsables d’affaires du chantier”