Ma vie d’étudiant en école d’ingénieurs : Maxime, en 2e année aux Mines de Saint-Etienne

Par Sylvie Lecherbonnier, publié le 08 Février 2011
3 min

A 22 ans, Maxime est étudiant en deuxième année à l’Ecole des mines de Saint-Etienne. En parallèle de ses études, il termine son mandat de président du BDE (Bureau des élèves) avant de partir à la rentrée prochaine faire le tour du monde en année de césure. Le Haut-Savoyard a trouvé un créneau dans son emploi du temps chargé pour nous raconter sa vie d’élève ingénieur.

"Je ne savais même pas que l’X existait !" Avant sa maths spé, Maxime ne s’était pas vraiment renseigné sur les écoles d’ingénieurs. Pourquoi alors le choix d’une prépa scientifique ? Curieux de nature, un peu touche-à-tout, il aimait beaucoup les sciences au lycée mais ne savait pas vers quel métier se destiner. Aucun membre de sa famille n’est ingénieur et il a hésité longtemps entre les études de médecine et la prépa. Avec son bac S option maths (mention "très bien"), le lycéen a finalement opté pour une classe préparatoire au lycée Berthollet à Annecy (74), à une cinquantaine de kilomètres de chez lui. Une distance qui l’oblige à rejoindre l’internat et à mettre entre parenthèses le ski de randonnée, qu’il pratiquait assidûment.
 

En internat, des conditions privilégiées
 

Maxime intègre une prépa MPSI (mathématiques-physique-sciences de l’ingénieur) puis choisit la voie PSI (Physique-sciences de l’ingénieur) en 2e année. "Je me suis bien plu en prépa. Nous bénéficiions d’un super cadre de vie et j’étais plutôt en tête de classe. Je n’ai pas souffert d’une trop forte compétition entre élèves. Du coup, jamais je ne me suis dit : j’arrête tout !".
 

"Avant tout une école généraliste"
 

C’est au cours de sa maths spé que l’étudiant s’intéresse aux écoles d’ingénieurs auxquelles il peut prétendre. "Je n’en connaissais aucune avant d’entrer en prépa. J’ai alors entendu parler de l’Ecole des mines de Saint-Etienne. Je voulais avant tout entrer dans une école généraliste qui me permette de bien appréhender le métier d’ingénieur." A la fin des concours, il hésite entre les Mines de Saint-Etienne, les Mines de Nancy et Centrale Nantes et choisit Saint-Etienne pour son option environnement… et sa proximité avec la Haute-Savoie.

Articles les plus lus

A la Une écoles d'ingénieurs

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !