1. Admissions parallèles : entrer dans une grande école sans passer par la prépa
Décryptage

Admissions parallèles : entrer dans une grande école sans passer par la prépa

Envoyer cet article à un ami
À l'ESC Grenoble, 47 % des étudiants ont intégré l'école par le biais des admissions parallèles. // © ESC Grenoble
À l'ESC Grenoble, 47 % des étudiants ont intégré l'école par le biais des admissions parallèles. // © ESC Grenoble

Que faire après un bac+2/3 ? Et pourquoi pas entrer dans une grande école de commerce ou d'ingénieurs ? Fini en effet le passage obligé par la prépa pour intégrer ces cursus prestigieux : grâce aux admissions parallèles, un BTS, un DUT ou deux années de fac validées peuvent aussi vous permettre d'y accéder. Explications.

Les grandes écoles offrent de plus en plus de places via leurs concours en admission parallèle. Une voie idéale pour ceux qui ne se sentent pas en phase avec le rythme et l'esprit de la classe préparatoire. Ou qui préfèrent construire leur parcours par étapes, en commençant par un diplôme bac+2 ou bac+3.

Si la part d'étudiants passés par les admissions parallèles est variable selon les écoles (73 % des entrants à l'ESC Pau contre 38,5 % à Grenoble EM), elle est importante chez les diplômés, dans les écoles de commerce comme dans celles d'ingénieurs.

Les institutions les plus prestigieuses s'y sont mises : Polytechnique réserve chaque année des places à des étudiants qui ont validé au moins deux années de licence ; HEC et l'ESCP Europe, qui proposaient un concours commun, offrent toujours des places en cycle master mais chacune de leur côté désormais.

Que vous envisagiez de faire une école de commerce ou une école d'ingénieurs, voici de quoi comprendre toutes les opportunités qui s'offrent à vous d'entrer dans ces établissements sans passer par la case prépa.
 

Sommaire du dossier
Admissions parallèles : les meilleures filières pour entrer en école d’ingénieurs Admissions parallèles : les meilleures filières pour entrer en école de commerce Benoît, entré à Telecom Saint-Étienne en admissions parallèles : "Grâce à mon BTS opticien-lunetier, je me suis démarqué"