1. Se fomer en commerce-gestion : deux DUT à la loupe

Se fomer en commerce-gestion : deux DUT à la loupe

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Se fomer en commerce-gestion : deux DUT à la loupe BTS en commerce-gestion : quatre possibilités pour se spécialiser

Formations sélectives en 2 ans, les BTS et les DUT orientés gestion attirent de nombreux bacheliers, séduits par le choix d’opportunités (insertion professionnelle ou poursuite d’études) que ces cursus leur laissent à la sortie. Reste à savoir lequel choisir : un BTS ou un DUT ? Qu’étudie-t-on dans chaque spécialité ? Quels sont les taux de réussite ? Gros plan pour vous éclairer.

Le DUT GEA
(gestion des entreprises et des administrations)
Le DUT GEA est le plus généraliste, le plus proche de l’enseignement dispensé dans les Bachelors. Au programme : économie, comptabilité, ­mathé­matiques financières, droit… Vous aurez à réaliser des exposés, des travaux de groupe, des missions de conseil pour des PME.

Ce DUT connaît une forte poursuite d’études : 90 % selon l’enquête de l’association des IUT (et 40 % jusqu’à bac + 5). Il constitue donc une bonne préparation aux concours en admissions parallèles des grandes écoles.

Le DUT TC (techniques de commercialisation)
Le DUT TC est plus ciblé sur les métiers du commerce et du marketing (consultez la candidature de Yasin, admis en DUT TC à l'IUT de Paris-Descartes). Le taux de poursuite d’études est environ de 80 %. En plus des matières de découverte de l’entreprise, vous suivrez des cours d’expression et de gestion d’équipe. Les étudiants du DUT TC de Toulouse 3 participent à des challenges régionaux de négociation et des jeux de rôles où ils testent leurs compétences de vendeur.

Certains de ces DUT proposent des spécialisations sectorielles : l’industrie (Vire, Lyon), l’agroalimentaire (Tours, Montpellier).

Si ces formations sont moins internationales que les Bachelors, sachez qu’après un DUT, il est possible de poursuivre un an dans une université étran­gère et d’obtenir un diplôme fran­çais (DUETI) et un diplôme étranger de niveau bac + 3. Le tout en réglant seulement les frais de scolarité de l’université.

Témoignage : Gwendoline, en 2e année de DUT GEA à Paris-Descartes

En terminale ES, Gwendoline hésitait à s’inscrire en licence à la fac. “J’ai renoncé, car je savais que j’allais être incapable de bosser toute seule.” Elle écarte l’idée de faire une prépa (“cela me semblait trop difficile”) et opte pour le DUT GEA de Paris Descartes. “Cela me semblait plus généraliste que TC.”

Avec son 14 de moyenne, elle entre sans problème. Aujourd’hui, Gwendoline se dit ravie. “Cela ressemble pas mal au lycée. Je suis dans une classe de 30 et les profs nous connaissent. Les matières sont très concrètes. Par exemple, en marketing, j’ai fait un exposé sur les stratégies de communication de marques bio. Question ambiance, c’est sûr que ce n’est pas comme dans les écoles de commerce. Mais le bureau des élèves organise quelques soirées.”

Jessica Gourdon
Janvier 2012

Pour aller plus loin

INTÉRESSÉ(E) PAR UN BTS OU UN DUT EN COMMERCE-GESTION ?
- Test : êtes-vous fait pour un BTS ?
- Test : êtes-vous fait pour un DUT ?
- BTS-DUT : des candidatures passées au crible.
- APB : les astuces pour s'inscrire en BTS et en DUT.

LES AUTRES ÉTUDES EN COMMERCE-GESTION EN 2 OU 3 ANS APRÈS LE BAC :
- Commerce, économie, gestion : pour quelle filière postbac êtes-vous fait ?
- Les licences en commerce-gestion à la fac : des tremplins pour bac + 5.
- Écoles de commerce-gestion en 3 ans après le bac : ce qu'il faut savoir sur les Bachelors.