1. Gaëlle, à Londres : "Avoir étudié à l'Imperial College London, c’est énorme sur un CV !"
Portrait

Gaëlle, à Londres : "Avoir étudié à l'Imperial College London, c’est énorme sur un CV !"

Envoyer cet article à un ami

Gaëlle, 23 ans, est étudiante aux Arts et Métiers ParisTech, une école d’ingénieurs. Elle passe sa 3e et dernière année à Imperial College, une grande université de Londres, dans la filière aéronautique. À la clé : un double diplôme et une expérience à valoriser sur son CV.

"C’est la première fois que je viens à Londres. J’ai commencé par découvrir les rues, Westminster, Big Ben, London Eye (la Grande Roue), Piccadilly Circus... L’itinéraire d’une touriste", déclare Gaëlle, étudiante aux Arts et Métiers ParisTech.


Arrivée outre-Manche en octobre 2011, la jeune femme de 23 ans a choisi de passer sa 3e et dernière année à Imperial College London dans la filière aéronautique. "Vu mes résultats à l’école, j’avais le choix de partir pas très loin dans une université très cotée ou de partir très loin dans une université un peu moins réputée. J’avais d’énormes difficultés en anglais alors que la maîtrise de la langue est importante pour un ingénieur. J’ai choisi l’Angleterre. Et Imperial College est l’une des meilleures universités au monde en ingénierie". Une université qui se mérite…

 
5 essais au TOEFL

 

Aux Arts et Métiers ParisTech, les affectations des étudiants à l’étranger sont décidées selon un classement basé sur les notes de 1re et 2e années et leur marge de progression. "Pour aller à Imperial College, il faut être classé dans les 50 premiers sur 1.200. Au premier classement (en mars, en 1re année d’école), je n’étais que 160e. J’ai ensuite progressé à la 92e place (en juin, en 1re année) pour finir 48e en mars de la 2e année", détaille Gaëlle.
L’étudiante a constitué un dossier composé d’une lettre de motivation en anglais ("Ici, il faut raconter sa vie, aller dans le détail, expliquer sa passion pour un domaine"), de ses résultats scolaires, d’un CV en anglais et de 2 lettres de recommandation de professeurs. Enfin, elle a dû passer le TOEFL iBT (Test of English as a Foreign Language Internet-Based Testing). "Il fallait obtenir au moins 100 points sur 120, quand d’autres établissements ne demandent que 80-90. Moi, j’ai eu 105 au bout du 5e passage ! Il ne faut pas lâcher", conseille Gaëlle.
Sommaire du dossier
Étudier à Imperial College : un double diplôme à la clé Étudier à Imperial College : un niveau accessible aux Français Étudier à Imperial College : une vie quotidienne riche mais chère