1. Étudier à Imperial College : une vie quotidienne riche mais chère
Portrait

Étudier à Imperial College : une vie quotidienne riche mais chère

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Étudier à Imperial College : un double diplôme à la clé Étudier à Imperial College : un niveau accessible aux Français Étudier à Imperial College : une vie quotidienne riche mais chère

Gaëlle, 23 ans, est étudiante aux Arts et Métiers ParisTech, une école d’ingénieurs. Elle passe sa 3e et dernière année à Imperial College, une grande université de Londres, dans la filière aéronautique. À la clé : un double diplôme et une expérience à valoriser sur son CV.

Côté loisirs, Gaëlle s’est inscrite dans plusieurs associations d’Imperial College. "Le mercredi après-midi est libre. Il est bien vu de pratiquer un sport, un instrument de musique et de participer à une action de bénévolat pour valider son diplôme", assure-t-elle. L’étudiante fait donc de la danse à 2 (salsa, rock) 2h par semaine. Elle est également membre du ski club ("2 week-ends par mois en Écosse et une semaine dans les Alpes sont programmés"). Elle s’est inscrite en voile, en musique et à Ingénieurs sans frontières. Et ce n’est pas tout : "Je suis aussi dans une association d’aérodynamique et de planeur. J’apprends à planer le week-end".

 
Logement : gare aux arnaques !

 
Côté logement, Gaëlle partage un grand appartement de 180 m² avec deux autres étudiantes : une Italienne et une Corse. "J’ai 2 sœurs et un frère : je ne pouvais pas vivre ici toute seule. Le soir, nous dînons ensemble. Mes colocs connaissent déjà Londres car elles vivent ici depuis respectivement 5 mois et 2 ans. C’est un avantage".

Gaëlle a posté de France une annonce sur Facebook pour les trouver. Restait à dénicher un appartement qui accueille les 3 étudiantes… Elles effectuent alors des visites à tour de rôle. Gaëlle est la première à trouver un logement, non sans difficultés. "Il est facile de se faire arnaquer. Sur Internet, des propriétaires demandent souvent d’envoyer de l’argent avant de faire visiter leurs apparts. Il ne faut surtout rien verser !". Finalement, la Française passe par une agence de location. Une méthode plus sûre. "On paie 100 £ (115 €) et ils nous font visiter des appartements jusqu’à ce que l’on en trouve un. J’en ai vu une trentaine en 2 jours, au mois de septembre".

 
Petit cours pour gros budget

 

Pour payer ses études et ses frais quotidiens, Gaëlle peut compter sur ses parents et sur ses économies. "En 1re et en 2e année d’école en France, j’ai donné des cours de soutien 6h par semaine. Ça m’a rapporté 3.000 €, je les ai gardés pour vivre à Londres. J’ai également gagné 4.000 € en 2 mois lors de mon stage en Israël, à l’été 2011". Pour compléter, l’étudiante donne des cours de maths et de physique via un organisme de soutien scolaire anglais. Tarif : 20 £ (23 €) de l’heure. "J’ai répondu à une annonce passée à l’université. Je vais commencer par suivre un élève, puis peut-être davantage". Car la vie est chère à Londres.

 

Son budget
Loyer : 140 € par personne et par semaine Charges (Internet, électricité…) : 60 € par semaine
Fournitures et installation : 340 €Nourriture : 80 € la semaine ("il n’y a pas de resto universitaire ici")
Transports : 31 € par semaine avec l’Oyster Card
Job étudiant (soutien scolaire) : 23 € de l’heure
 

Les bons plans sur Internet
- le site Internet d’Oyster : "Il propose des bons plans pour les étudiants."
- le site Internet d’O2, société de téléphonie : "J’ai droit à 3 numéros illimités vers l’international pour 10 £ (11,5 €) par mois."
- le site Internet de la banque HSBC : "J’ai ouvert un compte valable en France et en Angleterre. Je peux effectuer des virements de l’un à l’autre gratuitement."