Dossier : Les bonnes raisons de partir étudier en Scandinavie

Les bonnes raisons de partir étudier en Scandinavie

Danemark, Finlande, Norvège ou Suède, les pays d’Europe du Nord séduisent par la qualité et l'originalité de leurs enseignements, leurs campus, leurs équipements sportifs et le dépaysement qu’ils proposent. Tour d'horizon des atouts des formations des pays nordiques.

Les pays scandinaves attirent toujours davantage d'étudiants. En 2011, ils étaient environ 28.000 à les avoir choisis comme destination dans le cadre de leur échange Erasmus.

Une mobilité vers ces pays en constante hausse depuis plusieurs années, et pour cause : la qualité du système universitaire est largement reconnue, il est possible de suivre son cursus intégralement en anglais, et les pays d'Europe du Nord arrivent régulièrement en tête des classements pour les endroits où il fait bon vivre. Des atouts qui en ont poussé plus d'un à tenter l'expérience.

Stockholm, Suède

La qualité de vie et de l'enseignement dans les pays scandinaves (ici Stockholm en Suède) séduisent de plus en plus d'étudiants en échange Erasmus // © Fotolia

Un enseignement de qualité à l'anglo-saxonne

Que ce soit au Danemark, en Norvège, en Suède ou en Finlande, la qualité de l'enseignement dispensé a su séduire les étudiants, de même que la modernité des locaux et des équipements informatiques. En 2013, le classement du "Times Higher Education" a consacré l'université d'Helsinki, en Finlande, et l'Institut Karolinska, en Suède, comme deux des 100 meilleures universités au monde. Les cours, sur le modèle anglo-saxon, sont principalement tournés vers les études de cas concrets. Les échanges avec les professeurs sont moins formels que dans l'Hexagone, l'exercice de l'autorité y est plus souple, et les débats en classe se nourrissent de la réflexion des élèves.

Des centaines de masters en anglais

Parfaire son anglais à Oslo, en Norvège, ou à Copenhague, au Danemark, c'est possible. En Europe du Nord, de nombreux cursus sont dispensés dans la langue de Shakespeare. Ces pays étant moins demandés que l'Angleterre, vos chances d'être accepté seront d'autant plus grandes. Pour intégrer ces programmes en anglais, il vous faudra déjà avoir de bonnes connaissances dans cette langue pour ne pas être perdu en cours. De plus, toutes les universités vous demanderont les résultats d'un examen standardisé pour évaluer votre niveau, type TOEFL (Test of English as a Foreign Language) ou IELTS (International English Language Testing System).

Copenhague, Danemark

Le Danemark (ici Copenhague) est l'un des pays scandinaves qui offrent le plus de cursus en langue anglaise  // © Fotolia


L'université d'Oslo, partenaire notamment de l'ENS (École nationale supérieure) Lyon ou encore de l'université Montpellier I, propose plus d'une quarantaine de masters en anglais. L'équivalent de 800 cours dans cette langue ! En Suède, l'université de Malmö dispense une dizaine de masters en anglais, idem pour l'université de technologie de Tampere, en Finlande. Enfin, au Danemark, le ministère de l'Enseignement supérieur se targue de pouvoir offrir aux étudiants internationaux plus de 500 cursus entièrement en anglais dans l'ensemble des établissements du royaume.

Des cursus rares en art, sciences sociales et environnement

Les pays scandinaves – principalement la Norvège et la Suède – sont les champions d'Europe de l'étude du genre, soit l'étude des différences non biologiques entre les hommes et les femmes : l'université d'Oslo offre un master très généraliste dans ce domaine tandis que l'université de Malmö propose, elle, des cours plus pointus sur l'étude du genre dans le contexte sportif.

Il est aussi possible d'étudier le design scandinave, réputé minimaliste, dans plusieurs universités, notamment à l'Institut royal de technologie, à Stockholm, en Suède, ou encore à l'École d'architecture et de design, à Oslo.
Par ailleurs, certains intitulés de master pourront vous paraître surprenants : la techno-anthropologie à l'université Aalborg, à Copenhague ; le modèle nordique d'aide sociale à l'université d'Helsinki ; la criminalité, criminologie et victimologie à l'université de Malmö ; la culture nordique ou l'astronomie à l'université d'Oslo.

Enfin, sachez que l'université de Tromsø, en Norvège, considérée comme l'université la plus septentrionale au monde, offre une multitude de cours centrés sur l'Arctique, de l'étude des sociétés indigènes à celle des aurores boréales.

Pratiquer les sports nordiques sans réserve

Le sport fait partie intégrante de la culture d'Europe du Nord. Les Scandinaves arrivent d'ailleurs en tête du classement des Européens les plus sportifs, d'après une étude publiée par la Commission européenne en 2010. Assez logiquement, campus et villes universitaires sont très bien équipés en clubs ainsi qu'en infrastructures sportives.

Dans plusieurs universités, les cours de sport peuvent se faire à la carte, il suffit de réserver sa place en ligne. Et, avec une amplitude horaire très large – généralement entre 6 h 30 et 22 heures, parfois plus – vous n'aurez plus d'excuses pour ne pas vous y mettre (voir le témoignage d'Anaïs). Et ce sera une excellente occasion pour rencontrer du monde, vous remettre à la natation ou essayer la gym suédoise. Voire tenter d'autres sports. "Lors de mon échange en Suède, j'ai essayé l'innebandy, une sorte de hockey sur glace qui se pratique en intérieur, sur un sol dur, et sans patins. Très intéressant !", assure Alexis Dumay, parti en échange à Luleå. Les sports de plein air, comme le ski de fond, la marche nordique, les raquettes ou encore le patin à glace sont également très pratiqués.

Profiter des aurores boréales

Ces pays étant peu peuplés, les espaces naturels ne manquent pas. Et ils valent le coup d'œil ! La découverte des fjords majestueux et des montagnes imposantes combleront les amoureux de la nature. Les plus curieux pousseront leur escapade à proximité du cercle polaire arctique, qui traverse la Norvège, la Suède et la Finlande, pour contempler les magnifiques aurores boréales, qui abondent dans la région. "Ce fut clairement la raison principale de mon échange d'une année à Helsinki", assure Corentin Bainier, ancien étudiant de Sciences po Strasbourg. Bon à savoir : la meilleure période d'observation va de décembre à mi-mars.

Infos pratiquesNorvègeDanemark : studyindenmark.dk : tout ce que vous voulez savoir sur les études supérieures.
Suède : www.studyinsweden.se : ce site répertorie les différents cursus qu'il est possible de suivre, et plus encore.
Finlande : www.studyinfinland.fi : le guide des études supérieures.
Norvège : www.studyinnorway.no : un portail officiel qui référence les différentes possibilités d'études.

À consulter aussi
OUTILS
- Comment progresser en langues.
- Langues : tous les tests et les examens pour évaluer votre niveau.
- Comment booster son niveau en langues.
- Tout pour réussir les langues au bac.
- Nos quizz d'anglais.
- Travaillez votre anglais au soleil.

JOBS
- Réussir son CV en anglais pour décrocher un stage ou un job.
- Décrocher un job d’été à l’étranger.
- Trouver un job d’été à Londres.
- Les offres de jobs à l'étranger.
- Les offres de stages à l'étranger.

PRATIQUE
- La rubrique International, tous nos conseils pour étudier à l’étranger.
- Les galères d’Erasmus et leurs solutions.
- Étudier à l’étranger : à quoi faut-il penser avant de partir ?
- Tout savoir pour organiser son séjour linguistique.
- Partir étudier à l'étranger : découvrez les autres destinations.

Geoffrey Bonnefoy

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus



Trouver une formation

Annuaire de l'enseignement supérieur

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Annuaire de l'alternance

Recherche express
Nom de la formation ou de l'établissement...

Les établissements à la une


Zoom sur

Voir toutes les fiches





calcul-salaire










Le blog de l'orientation



Découvrez « Conseils de classe »,
un blog de Bruno Magliulo, inspecteur d'académie honoraire, ancien professeur de sciences économiques et sociales et auteur dans la collection l’Etudiant.
Vous pourrez y débattre librement de tous les sujets liés à l’orientation et à l'actualité éducative.