1. Supérieur
  2. International et étranger
  3. Partir étudier aux États-Unis : comment ils sont entrés à Harvard ou au MIT
  4. Sarah : "On ne va pas à Harvard pour faire chic ou joli sur le CV"
Témoignage

Sarah : "On ne va pas à Harvard pour faire chic ou joli sur le CV"

Envoyer cet article à un ami

Chaque année, quelque 8.000 jeunes Français partent étudier dans une université américaine. Environ 200 d’entre eux sont inscrits dans l’une des deux institutions les plus prestigieuses au monde : Harvard et le MIT. Comment les intégrer ? Comment se déroule la formation ? Cinq jeunes racontent leur parcours et leur expérience sur place.

Sarah, 26 ans, suit le programme de master Main, Brain and Education à Harvard dans le cadre de son Phd de Littérature.


Six ans déjà que Sarah, en PhD de littérature à Harvard, étudie aux États-Unis. Après son bac, cette jeune Alsacienne de 26 ans a commencé par une double licence anglais/espagnol à l’université de Haute-Alsace à Mulhouse. Elle a passé ensuite un an en Espagne. À son retour, elle a bénéficié d’une bourse de sa région pour partir à l’université de Purdue dans l’Indiana, près de Chicago, pour préparer deux masters : l’un en littérature, l’autre en espagnol.

Depuis deux ans, elle prépare un PhD en littérature, l’équivalent d’un doctorat, en lien avec les sciences de l’éducation. Son sujet de recherche : comment la littérature de jeunesse influe sur nos schémas cognitifs.
 

Professeurs-élèves : une "relation client"




"C’est dans le cadre de mon PhD que je suis pendant un an à Harvard un programme de master intitulé Mind, Brain and Education. J’ai découvert des conditions de travail exceptionnelles. Tout est fait pour que l’étudiant n’ait rien d’autre à faire qu’étudier et réussir… Avec les enseignants, c’est comme une "relation client", mais dans le bon sens du terme, c'est-à-dire avec le souci d’un service de qualité. C’est qu’on paie tellement cher…"

De fait, si son statut de "teaching assistant" lui assure la prise en charge de ses frais de scolarité depuis le début de ses études aux États-Unis, Sarah a dû tout de même emprunter près de 50.000 € en France via un "prêt d’étudiant en grande école". "On ne va pas à Harvard pour faire chic ou joli sur le CV. C’est une décision lourde financièrement, qui doit être bien réfléchie", prévient cette jeune fille qui, à la fin de son PhD, souhaite exercer comme chercheur dans une université américaine avant de revenir en France.  

Pour aller plus loin : Harvard, Stanford, MIT… : 5 conseils pour intégrer les meilleures facs américaines / Harvard, Stanford, MIT… : tout pour intégrer les meilleures facs américaines / Chat : comment partir étudier aux Etats-Unis / Comment partir faire ses études aux États-Unis ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Étudiants français : ce qui vous attend pour entrer à Harvard ou au MIT Tarek : "À Harvard, le système universitaire américain ne force pas à la spécialisation" Sarah : "On ne va pas à Harvard pour faire chic ou joli sur le CV" Audren : "Au MIT, tu peux compter sur le soutien des profs, toujours disponibles" Claire : "Au MIT, la formation est très complémentaire à celle dispensée en France" Gurvan : "La formation pratique de Harvard Business School permet aussi de se construire un réseau"