Chine : la vie étudiante à moindres frais

publié le 21 May 2007
3 min

Dernier jour de cours pour Bastien, 24 ans, étudiant en école d’ingénieurs qui passe sa cinquième et dernière année à Shanghai en Chine. Au programme : soutenance de stage devant ses profs et des professionnels français. L’occasion de nous raconter son parcours et son expérience dans l’Empire du milieu. Dépaysement garanti !

Entre le billet d’avion, la caution pour son logement et d’autres frais d’installation, Bastien a dépensé pas loin de 1000 euros lors de son premier mois en Chine. Son budget a ensuite tourné autour de 500 euros par mois… pour un niveau de vie plus élevé qu’en France.

Loisirs et sorties plus abordables qu’en France

bastien en chine : vie étudiante"Manger et se loger revient entre 300 et 400 euros par mois, estime Bastien après avoir vérifié auprès de ses camarades de promotion. Loisirs et sorties coûtent beaucoup moins cher qu’en France. Et de ce point de vue, Shanghai est une ville qui bouge bien." Pour partir, Bastien n'a pas eu à débourser de frais de scolarité supplémentaires (il s'est juste acquitté des droits universitaires de 500 € environ, demandés par son établissement français). Le jeune homme a en outre bénéficié d’une bourse du conseil régional de Picardie : 1500 euros pour son semestre d’études et 700 euros pour ses 6 mois de stage, durant lesquels il a touché 500 euros par mois.

Une résidence réservée aux étudiants étrangers

Les 6 premiers mois, Bastien est logé sur le campus de l’université de Shanghai, dans une résidence universitaire réservée aux étudiants étrangers où le confort est bien plus élevé que dans les résidences chinoises où les étudiants s’entassent à quatre par chambre. Néanmoins, Bastien trouve le changement un peu rude : "Nous avions de l’eau chaude avant 8h30 le matin et après 20h le soir par intermittence. Quant au chauffage l’hiver, il ne fallait pas trop y compter."

Le sport pour rencontrer des étudiants chinois

Le jeune homme a aussi profité des installations sportives du site pour se mettre au badminton. Un moyen de rencontrer des étudiants chinois. "Contrairement aux clichés véhiculés, les Chinois sont très ouverts et très curieux", tient à préciser le jeune Français. Une fois à Canton, Bastien a avant tout bénéficié du dynamisme du réseau d’expatriés français. Tous les 15 jours, il prend l’avion rejoindre sa petite amie Marie, également étudiante à l’UTC, qui effectue son stage dans la province reculée du Guizhou.

Sylvie Lecherbonnier

Articles les plus lus

A la Une étudier à l'étranger

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !