1. Partir à l'étranger en école d'art : comment ils en ont profité
Portrait

Partir à l'étranger en école d'art : comment ils en ont profité

Envoyer cet article à un ami
À l'ISD de Valenciennes, école de design qui dispose d'un campus en Inde. // © Samuel Dhote
À l'ISD de Valenciennes, école de design qui dispose d'un campus en Inde. // © Samuel Dhote

Les étudiants en art n’ont jamais autant voyagé. Parmi la cinquantaine d’écoles d’art publiques, les plus prestigieuses ont noué des partenariats avec des établissements implantés dans le monde entier.

Les étudiants des Beaux-Arts de Paris peuvent par exemple réaliser un semestre d'études (en quatrième année) dans l'une des 60 écoles partenaires de l'école, comme la School of Visual Arts de New York.

Pour financer ces voyages, des bourses sont proposées aux étudiants (bourse Maurice-Colin-Lefrancq à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, par exemple), leur permettant d'être exemptés des frais de scolarité lorsqu'ils rejoignent l'établissement partenaire.

Le talent ne connaît pas de frontières

Du côté des écoles d'art privées et consulaires (dépendant des chambres de commerce et d'industrie), l'international fait aussi partie intégrante de la formation. Allant plus loin que les partenariats, certains établissements n'hésitent pas à ouvrir des campus à l'étranger, pour permettre à leurs étudiants de faire une partie de leur cursus chez ces "petites sœurs" installées à l'autre bout du monde.

Le groupe Rubika Valenciennes – ISD (Institut supérieur de design), Supinfocom, Supinfogame – a ainsi ouvert un campus à Pune, en Inde, tout comme Lisaa (L'Institut supérieur des arts appliqués), qui s'est implanté à Bangalore et à Gurgaon, cette dernière étant située pas très loin de New Delhi.

Tentez l'aventure : vous en rêvez ? Ils l'ont fait

nullComment Aurélie, diplômée de l’École de design de Nantes, est partie étudier deux ans à Shanghai

Aurélie, 29 ans, diplômée 2013 de l’École de design de Nantes (44), a passé deux ans sur un campus à Shanghai. Elle nous explique pourquoi elle a choisi cette destination et tout ce que ça lui a apporté.
fleche-rougeAurélie : "En Chine, le réseau a une importance fondamentale."

nullComment Hubert, étudiant à l’ENSAD Paris, est parti un semestre aux États-Unis

Hubert, 23 ans, en cinquième année à l’ENSAD à Paris, est parti en échange académique aux États-Unis. Cours, professeurs, vie pratique… il nous raconte tout sur son semestre à l'étranger.
fleche-rougeHubert : "Les Américains sont toujours très positifs et entreprenants."

nullComment Anne-Laure, étudiante à l’ISD de Valenciennes, a passé deux ans en Inde

Anne-Laure, 22 ans, en cinquième année à l’ISD de Valenciennes (59), s’est expatriée sur le campus de son école, en Inde. Entre dépaysement et ouverture à l'internationale, récit d'une expérience qui lui a permis d'améliorer ses compétences.
fleche-rougeAnne-Laure : "Faire mes études en Inde m'a ouvert les portes de la Chine."

Sommaire du dossier
Comment Aurélie, diplômée de l’École de design de Nantes, est partie étudier deux ans à Shanghai Comment Hubert, étudiant à l’ENSAD à Paris, est parti un semestre aux États-Unis Comment Anne-Laure, étudiante à l’ISD de Valenciennes, a passé deux ans en Inde