1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. Charlotte, étudiante en PCEM2 : "Médecin, c’est le seul métier que je veux faire"
  4. Rentrée 2010 : Charlotte redouble, la réforme de la PAES passe
Témoignage

Rentrée 2010 : Charlotte redouble, la réforme de la PAES passe

Envoyer cet article à un ami

Charlotte, 20 ans, est étudiante en 2e année de médecine (PCEM2) à la faculté du Kremlin-Bicêtre (94). Elle raconte sa "première première année" et son redoublement en pleine réforme de la PAES. Deux années de dur travail qui ont bouleversé son quotidien mais lui permettent d’avancer vers son rêve : devenir médecin.

charlotte medecineCharlotte, étudiante en 2e année de médecine (PCEM2) à la faculté du Kremlin-Bicêtre (94), "repique" sa 1re année à la rentrée 2010. L’année où le PCEM1 est réformé et se transforme en PAES (1re année des études de santé).

"Quand on a appris qu’il y aurait une réforme, cela nous a mis beaucoup de pression. Cela donnait plus de chances aux primants puisque tout, ou presque, était remis à plat", raconte-t-elle.

Les changements sont notables. "Le programme a beaucoup évolué, surtout en bio. Par exemple, en anatomie, les cours portent aujourd’hui sur le corps humain entier, et non plus uniquement sur la tête et le cou. Il faut également apprendre toute la partie pharmacie.

D’autre part, cette année test a été un peu mouvementée avec des ajouts de cours à la dernière minute, des vidéos d’anatomie mises en ligne 2 semaines avant le concours, etc. On était un peu dans le flou", se souvient Charlotte.

La méthode : l’avantage du doublant

Heureusement, la biologie, l’anatomie, l’ICM (introduction à la connaissance des médicaments) font partie des matières préférées de l’étudiante. "J’aime le mode d’apprentissage "par cœur". L’ICM, c’est concret. La physique, c’est plus chaud", décrit-elle. Mais surtout, en tant que doublante, elle sait désormais comment travailler. "J’avais une vue d’ensemble. Cela m’a aidée pour comprendre des chapitres. Je savais de quoi cela parlait". Résultat : elle conserve une certaine avance.

Les cours avant tout

Du reste, Charlotte ne travaille plus qu’une heure le soir chez elle. "Je revoyais les concours blancs, les corrections". Le samedi, elle passe sa journée à la bibliothèque universitaire ("je me suis rendu compte que j’étais beaucoup plus efficace là-bas"), mais fait un break le soir. Le dimanche, elle travaille chez elle le matin et se rend à la bibliothèque nationale l’après-midi. 


À part cela, pas de recours à Facebook ou à une application mobile pour réviser. Même pas à des livres, sauf en anatomie. "Les cours, c’était déjà beaucoup ! Je me servais de Dokeos, une plate-forme de documents en ligne. Ce qu’il faut, c’est travailler régulièrement, se coucher tôt, se détendre parfois".

4 concours... pas si distincts

Charlotte arrive à la 58e place au concours de médecine sur 1.100 candidats. "Au 2e semestre, j’avais également pris les modules de pharmacie et de dentaire. Dans le module pharmacie, on retrouve 2 UE [unités d'enseignement] sur 4 communes à médecine. Dans le module dentaire, on en retrouve 3 sur 4. 


Au concours, je ne suis pas allée aux épreuves sur les UE vraiment spécifiques. J’ai eu 0. Malgré cela, j’étais classée en dentaire et pharmacie !". Trop peu distincts, les concours des 4 filières santé ? "Je crois que cette perversion du système devrait être corrigée à l’avenir", indique Charlotte.


Pour aller plus loin : Formations médicales et paramédicales : testez vos idées reçues / Etudes de santé : vos questions, nos réponses

Sommaire du dossier
Retour au dossier Rentrée 2010 : Charlotte redouble, la réforme de la PAES passe Prépa et tutorat : les coups de pouce pour la PAES Entre la PAES et PCEM2, une vraie rupture PAES : une parenthèse dans les loisirs