1. Examens
  2. Concours santé
  3. Réussir la PACES : les secrets de ceux qui ont franchi la L1 santé
  4. Réussir la PACES : les conseils de Mélissa, en 3e année de sage-femme à Marseille
Témoignage

Réussir la PACES : les conseils de Mélissa, en 3e année de sage-femme à Marseille

Envoyer cet article à un ami
Mélissa, en troisième année de maïeutique. // © Photo fournie par le témoin
Mélissa, en troisième année de maïeutique. // © Photo fournie par le témoin

Mélissa, 21 ans, est entrée en PACES avec l'envie de devenir pédiatre. En cours d'année, elle a changé d'avis et s'est tournée vers le métier de sage-femme. Elle est aujourd'hui étudiante en troisième année d'école de maïeutique à Marseille (13).

"La première fois, j'ai raté le concours sage-femme à cinq places près, classée 90e sur 440. J'ai redoublé et tenté tous les concours, pour voir. Je suis arrivée major en sage-femme, la seule filière que j'avais réellement bossée, mais j'ai aussi réussi tous les autres, sauf dentaire. Mon conseil : il faut se concentrer sur deux concours au maximum."

Son rythme de travail

"Je travaillais de 7h30 à 12h30 à la maison. J'allais en cours de 13h30 à 18h, et à la bibliothèque de 18h à 21h. Je rentrais et ne travaillais plus. Je prenais une douche, j'appelais mes amis ou ma famille, avant d'aller me coucher. Je me réservais un week-end sur trois avec mon petit ami pendant lequel je travaillais assez peu. Les autres week-ends étaient eux consacrés au travail."

Sa méthode

"En première PACES, je ne savais pas comment travailler. Je me cassais la tête à faire des fiches énormes sans avoir le temps de les retenir. Doublante, j'ai compris que je ne devais pas passer plus de deux heures sur un cours mais le revoir plusieurs fois. Je révisais les cours par cycle : je les revoyais une fois toutes les trois semaines. Je travaillais seule mais pas chez moi, plutôt là où d'autres étudiants se trouvaient."

Tutorat ou prépa privée ?

"J'ai utilisé le tutorat et une prépa privée [400e l'année]. Deux aides ressemblantes et complémentaires. Le tutorat est particulièrement adapté pour découvrir les QCM quand on arrive de terminale. Les tuteurs sont eux aussi des étudiants : ils savent très bien ce que l'on vit. Cela joue sur le moral et la motivation, sans lesquels on ne peut rien retenir. En PACES, tout le monde prend son cours et s'en va. S'il n'y avait pas eu le tutorat, je me serais sentie bien seule."

Je révisais les cours par cycle : je les revoyais une fois toutes les trois semaines.

Juste avant les concours

"Durant la semaine de révisions sans cours, j'ai fait un planning pour faire le tour de toutes les matières. Je travaillais jusqu'à 21h30. Je n'arrivais pas à aller au-delà."

Ses loisirs

"Je n'avais pas trop de loisirs. Je ne faisais pas de sport, pas moins qu'avant en tout cas ! Je conseille néanmoins de s'accorder des pauses pour ne pas craquer. C'est parfois culpabilisant – on se dit que l'on va perdre du temps –, mais c'est nécessaire pour être plus efficace ensuite."

Pour aller plus loin : Médecine : le dernier test des ECNi presque réussi...

Sommaire du dossier
Retour au dossier Réussir la PACES : les conseils de Robin, en 2e année de médecine à Nice Réussir la PACES : les conseils de Mélissa, en 3e année de sage-femme à Marseille Réussir la PACES : les conseils de Marie-Sophie, en 3e année d’odontologie à Strasbourg Réussir la PACES : les conseils de Florian, en 2e année de pharmacie à Nancy