1. Etudes de santé à l'étranger : comment garder le niveau ?

Etudes de santé à l'étranger : comment garder le niveau ?

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Peut-on réussir des études de santé après un bac ES, L ou technologique ? Quels sont les objectifs de la réforme des études de santé ? Qu'est-ce qui va changer avec la réforme des études de santé ? Quels sont les effets de la réforme des études de santé ? Etudes de santé : c'est quoi le "numerus clausus" ? Comment se déroule la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) Comment se déroulent les études de santé de la 2ème année à l'internat ? Etudes de santé : comment devenir pharmacien ? Etudes de santé : comment devenir chirurgien-dentiste ? Etudes de santé : comment devenir sage-femme ? En quoi consiste le concours de la L1 santé (PACES, ex-PCEM1)? Faut-il avoir le goût des sciences pour des études médicales ? Les études de santé sont-elles vraiment exigeantes ? Comment savoir si on est fait pour les professions médicales ? Etudes de santé : peut-on choisir son université ? Comment réussir la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) du premier coup ? Faut-il faire une prépa pour réussir ses études de santé ? Fac de médecine : qu'est-ce que le tutorat ? 1ère année de médecine : comment les étudiants sont-ils accompagnés ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), faut-il redoubler ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les passerelles vers l'université ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles études courtes ensuite ? En cas d'échec en PAES, puis-je intégrer une école d'ingénieurs ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les autres formations médicales et paramédicales ? Pour devenir sage-femme, doit-on obligatoirement passer par un bac S ? Que valent les écoles de kinésithérapeute qui recrutent sur concours ? Etudes de santé à l'étranger : comment faire ? Etudes de santé à l'étranger : pour quoi faire ? Etudes de santé à l'étranger : comment garder le niveau ? Etudes de santé à l'étranger : comment financer son séjour ? Comment profiter de l'été pour se préparer aux études de santé à la fac ? Etudes de santé : quels débouchés en pharmacie ? Etudes de santé : quels débouchés en chirurgie dentaire ? Etudes de santé : quels débouchés dans les spécialités médicales ? Etudes de santé : quels débouchés chez les sages-femmes ? Après des études de médecine suis-je certain de pouvoir exercer comme chirurgien ? Etudes de santé : quand peut-on se spécialiser en pharmacie, odontologie ou maïeutique ? Pharmacie, dentaire, médecine, sage-femme : quel coût pour les études ? Est-ce vrai que les amphis sont pleins à craquer en L1 santé (PACES, ex-PCEM1)?

Est-ce risqué d’aller en médecine sans bac S ? En quoi consiste le concours de PAES ? En cas d’échec, quelles possibilités ? En choisissant pharmacie, sage-femme ou odontologie, quels sont les débouchés ? Pour quelque 40 questions posées par des jeunes et leurs parents sur les salons de l’Etudiant, l’auteure de "Réussir ses études santé" (éditions l’Etudiant) apporte ses réponses expertes. Extraits.

Certains pensent que, partir 1 semestre ou 1 année avec le programme Erasmus, c’est un peu comme prendre des vacances. Ce séjour à l’étranger permet indéniablement aux jeunes de vivre une expérience nouvelle et riche humainement, mais les étudiants de la filière santé savent qu’à leur retour, ils devront être au niveau de leur camarade restés en France. C’est particulièrement vrai pour les externes en médecine qui devront présenter le concours de l’ECN moins de 2 ans après leur séjour.

Des programmes proches

Chaque université compte un coordinateur Erasmus qui doit s’assurer que le programme que vous étudiez à l’étranger correspond bien à celui que vous suivriez en France. Margaux a constaté que les cours n’étaient pas si différents d’un pays à l’autre : "Par rapport à mes amis en France, j’ai étudié les mêmes bactéries qu’eux en microbiologie !"

Côté examen, les étudiants Erasmus ne bénéficient pas de régime de faveur, ils passent les mêmes que les étudiants de leur université d’accueil. Dans les faits, les professeurs ont un a priori plutôt positif sur ces étudiants étrangers qui ont choisi leur pays pour étudier, ce qui peut jouer en leur faveur. Conscients des efforts qu’ils doivent faire et des difficultés que ces étudiants peuvent rencontrer, ils sont en général disponibles et à l’écoute. Profitez-en car il est dans votre intérêt de réussir vos examens dans votre université d’accueil. Si jamais vous ratiez quelques matières, vous pourriez toujours les repasser à votre retour en France mais cela vous demandera beaucoup d’efforts : il n’est jamais facile de travailler sur des notes prises par quelqu’un d’autre. Certaines universités ont d’ailleurs prévu, au cas où, des cours de remise à niveau.

Comme Margaux, Clément n’en a pas eu besoin : "Entre l’apprentissage de la langue et les cours, j’ai beaucoup travaillé. J’ai pris des vacances à mon retour parce que je savais que les 3 années suivantes seraient dures et intenses. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai pris de l’avance dans certaines matières et du retard dans d’autres."

Plus de maturité et d’assurance

Tous les étudiants qui ont participé aux échanges Erasmus sont formels, ce séjour à l’étranger leur a permis d’acquérir une maturité beaucoup plus rapidement qu’ils n’auraient pu le faire s’ils n’étaient pas partis à la découverte d’autres horizons. "Cette expérience m’a complètement changée. J’ai l’esprit plus ouvert, j’ai mûri… J’ai grandi plus vite que si j’étais restée en France. Aujourd’hui, quand je ne comprends pas telle ou telle chose, je n’ai plus peur de poser des questions. Je suis revenue avec beaucoup plus d’assurance", explique Margaux.

"J’avais plein de préjugés sur les Allemands avant de partir, sur leur capacité d’organisation et leur prétendue rigidité par exemple. J’ai découvert des gens empreints d’une grande humilité et qui ont une certaine retenue vis-à-vis de l’autre", conclut Clément.

Réussir ses études de santéPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé", par Ludivine Coste.