1. Comment réussir la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) du premier coup ?

Comment réussir la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) du premier coup ?

Envoyer cet article à un ami

Est-ce risqué d’aller en médecine sans bac S ? En quoi consiste le concours de PAES ? En cas d’échec, quelles possibilités ? En choisissant pharmacie, sage-femme ou odontologie, quels sont les débouchés ? Pour quelque 40 questions posées par des jeunes et leurs parents sur les salons de l’Etudiant, l’auteure de "Réussir ses études santé" (éditions l’Etudiant) apporte ses réponses expertes. Extraits.

Pas facile d’attaquer une nouvelle année scolaire en sachant que près de 80% des étudiants inscrits en 1ère année de médecine ne seront pas admis à passer en 2ème année. En pharmacie, le taux de réussite varie d’une année sur l’autre entre 25 et 30% en fonction du numerus clausus. Pourtant, certains étudiants réussissent à passer en 2ème année "du 1er coup". Ceux qui y parviennent ont trouvé dès les premières semaines une méthodologie de travail efficace et ont gardé intacte leur motivation tout au long de l’année.

Trouver votre méthode de travail

"Le 1er jour, j’étais très anxieux. Il y avait vraiment beaucoup de monde", se souvient Jérémie, étudiant en DCEM3 à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Ce qui compte, c’est de vite retrouver des repères dans ce nouvel univers. "Il y a une masse phénoménale de choses à apprendre. Certains étudiants travaillent des heures et n’ont pas de bons résultats. Pourquoi ? Parce que la méthode de travail fait appel à l’individu : à chacun la sienne", précise le professeur Pierre Champsaur, président du comité des études de la faculté de médecine de Marseille. Une personne travaillera 12 heures par jour alors qu’une autre ne dépassera pas les 7 heures. Pourtant elles passeront toutes les deux en 2ème année. Ce qui compte, c’est l’efficacité avec laquelle vous révisez. Il n’y a pas une méthode qui soit meilleure que les autres. Vous êtes le seul capable de définir ce qui vous convient. Néanmoins, vous devez respecter certaines règles de base.

Bien organiser votre temps

"L’important est de ne pas prendre de retard dès les premiers jours. Il faut y croire et se donner à fond", conseille Quentin, étudiant en médecine. Concentrez-vous sur vos études, trouvez votre rythme de travail et essayez de perdre le moins de temps possible dans votre vie quotidienne. "J’habitais à 5 minutes de la fac et j’avais choisi une prépa à 10 minutes", précise Clément. Même constat pour Marie, qui a pris un appartement tout près de l’université pour éviter de perdre du temps dans les transports. Si vous avez la possibilité de rester chez vos parents, n’hésitez pas. Ne pas avoir à vous occuper des courses et du ménage dégage du temps pour vos révisions. Astreignez-vous aussi à établir votre emploi du temps à l’avance. Chaque semaine, faites un planning des points à réviser dans telle ou telle matière, des exercices à faire ou à refaire… Cochez votre agenda une fois vos révisions terminées. C’est très valorisant et cela vous permettra de travailler régulièrement.

Avoir une grande capacité de travail

"Au lycée, je ne travaillais pas chez moi. Je me penchais sur mes cours… en cours. En 1ère année de médecine, il a fallu que je me mette à travailler jusqu’à minuit ! Cela a été un grand changement pour moi", raconte Jérémie. Tout comme Jérémie, ils sont nombreux en médecine et en pharmacie à s’être découvert une grande capacité de travail. Ils n’ont d’ailleurs pas eu le choix. "Il y a un moment où la quantité d’informations que l’on vous donne est impossible à retenir par cœur. Il faut alors savoir s’appuyer sur la compréhension car c’est souvent elle qui nourrit la mémoire. La difficulté est donc de trouver un équilibre entre le par-cœur et la compréhension (si on la pousse trop loin, on perdra trop de temps) dans le délai imparti de l’année scolaire", explique le professeur Champsaur.

Prendre vos notes vous-même

Rien ne vaut d’assister aux cours et de prendre vos propres notes. Parfois le rythme est difficile à suivre et vous rencontrez des difficultés pour vous relire. "Le prof ne s’arrête pas ! C’est dur de prendre des notes… C’est bien d’avoir une amie à côté de soi pour pouvoir compléter les cours ultérieurement", explique Marie, étudiante en DCEM1 à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. N’hésitez pas à utiliser des abréviations mais tâchez de vous souvenir à quoi elles font référence. L’important est de relire le soir les notes prises dans la journée. Vous pourrez ainsi vérifier qu’elles sont compréhensibles et que des points importants n’ont pas été omis. Il sera plus facile de les compléter quelques heures seulement après le cours. Relire ses cours le soir même et s’y replonger la veille du cours suivant est la base d’une bonne mémorisation. Pour Marie, aller en cours est essentiel : "Même si vous avez des polycopiés, l’explication du professeur est importante."

Travailler en groupe

Être en équipe de 2 ou 4 personnes peut vous permettre de résoudre vos difficultés plus rapidement que si vous séchiez sur un problème tout seul dans votre coin. Vous pourrez, par exemple, confronter votre point de vue avec celui de vos camarades lorsque vous travaillerez sur des colles, des annales non corrigées ou lorsque vous vous entraînerez sur les QCM, ces questionnaires à choix multiples qui permettent d’évaluer vos connaissances lors de l’examen. Être entouré vous aide à comparer et à vérifier vos notes, vous permet d’échanger et de vous motiver.

En revanche, attention à ne pas tomber dans le bavardage. Trouvez des personnes qui ont le même rythme de travail que vous. Vous pouvez aussi opter pour une prépa privée ou les tutorats organisés par l’université. "Pour ma 1ère PCEM1 (désormais PACES (1ère année commune aux études de santé), je me suis inscrit en prépa. Cette ambiance de concours ne m’a pas réussi, j’étais trop stressé. Pour ma 2ème PCEM1, j’ai choisi le tutorat, qui était plus adapté à mon caractère. Les gens que j’y ai rencontrés avaient davantage un esprit d’entraide", précise Jérémie.

Travailler à la BU

Îlot de calme pour certains, la BU (bibliothèque universitaire) peut être pour d’autres une source de stress. Passages incessants d’étudiants, bruits de toutes sortes qui empêchent la concentration… De plus, pour ceux qui ont une mémoire auditive et récitent leurs cours à voix haute, la BU est à éviter. En revanche, pour d’autres, l’ambiance studieuse, l’absence de télévision, de téléphone, l’accès libre à Internet et aux ouvrages universitaires sont une vraie source de motivation. Attention néanmoins à ne pas multiplier les sources d’information et à rester concentré sur les cours de vos professeurs, que vous devez connaître sur le bout des doigts.

Garder sa motivation

Sur la durée, c’est compliqué. Travailler pour un examen que l’on sait très difficile en décourage plus d’un, mais vous devez garder confiance en vous. Vous êtes là pour réussir le concours et exercer un métier qui vous plaît, ce qui, a priori, devrait vous motiver plus que tout.

Savoir dire stop

L’ambiance concours peut facilement vous faire oublier de voir vos amis, d’aller au cinéma ou tout simplement de vous reposer. Prenez garde à ne pas trop vous couper du monde et d’avoir une vie équilibrée. "Le plus important n’est pas forcément de passer tout son temps à travailler, mais de bien travailler. Je m’autorisais des sorties jusqu’à minuit et je m’accordais une pause le dimanche. Mais je ne me suis octroyé que 5 jours de vacances dans l’année", se souvient Quentin, qui a réussi son concours du premier coup. "Il faut aussi respecter son alimentation et son sommeil. Je me suis rarement couchée plus tard que 23h", confirme Marie. Adoptez un rythme soutenu mais accordez-vous aussi des moments de décompression indispensables.

Réussir ses études de santéPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé", par Ludivine Coste.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Peut-on réussir des études de santé après un bac ES, L ou technologique ? Quels sont les objectifs de la réforme des études de santé ? Qu'est-ce qui va changer avec la réforme des études de santé ? Quels sont les effets de la réforme des études de santé ? Etudes de santé : c'est quoi le "numerus clausus" ? Comment se déroule la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) Comment se déroulent les études de santé de la 2ème année à l'internat ? Etudes de santé : comment devenir pharmacien ? Etudes de santé : comment devenir chirurgien-dentiste ? Etudes de santé : comment devenir sage-femme ? En quoi consiste le concours de la L1 santé (PACES, ex-PCEM1)? Faut-il avoir le goût des sciences pour des études médicales ? Les études de santé sont-elles vraiment exigeantes ? Comment savoir si on est fait pour les professions médicales ? Etudes de santé : peut-on choisir son université ? Comment réussir la L1 santé (PACES, ex-PCEM1) du premier coup ? Faut-il faire une prépa pour réussir ses études de santé ? Fac de médecine : qu'est-ce que le tutorat ? 1ère année de médecine : comment les étudiants sont-ils accompagnés ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), faut-il redoubler ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les passerelles vers l'université ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles études courtes ensuite ? En cas d'échec en PAES, puis-je intégrer une école d'ingénieurs ? En cas d'échec en L1 santé (PACES, ex-PCEM1), quelles sont les autres formations médicales et paramédicales ? Pour devenir sage-femme, doit-on obligatoirement passer par un bac S ? Que valent les écoles de kinésithérapeute qui recrutent sur concours ? Etudes de santé à l'étranger : comment faire ? Etudes de santé à l'étranger : pour quoi faire ? Etudes de santé à l'étranger : comment garder le niveau ? Etudes de santé à l'étranger : comment financer son séjour ? Comment profiter de l'été pour se préparer aux études de santé à la fac ? Etudes de santé : quels débouchés en pharmacie ? Etudes de santé : quels débouchés en chirurgie dentaire ? Etudes de santé : quels débouchés dans les spécialités médicales ? Etudes de santé : quels débouchés chez les sages-femmes ? Après des études de médecine suis-je certain de pouvoir exercer comme chirurgien ? Etudes de santé : quand peut-on se spécialiser en pharmacie, odontologie ou maïeutique ? Pharmacie, dentaire, médecine, sage-femme : quel coût pour les études ? Est-ce vrai que les amphis sont pleins à craquer en L1 santé (PACES, ex-PCEM1)?