1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. La fac de médecine selon Chloé, étudiante en 4ème année
  4. Objectif : devenir médecin de campagne
Portrait

Objectif : devenir médecin de campagne

Envoyer cet article à un ami

Chloé, 20 ans, est étudiante en quatrième année à la fac Saint-Antoine, à Paris. Elle raconte le long mais passionnant chemin qui doit la mener à son but : devenir médecin de campagne.

Etudiante en DCEM2, Chloé va à présent se plonger dans la préparation de l’ECN (examen classant national, autrefois concours de l’internat), programmé à la fin du DCEM4. "Deux ans, c’est le minimum pour se préparer sérieusement", estime-t-elle. Selon leur classement, les élèves choisissent leur spécialité et leur lieu de formation. "Moi, j’aimerais choisir la médecine générale. Ce n’est pas très couru, cela attire moins de candidats. Ceux qui veulent une spécialité médicale à Paris ont davantage de pression. Mais il faut quand même que je travaille", confie la jeune femme.
Pendant encore quelques temps, les apprentis médecins doivent donc se replonger dans les livres, tout en suivant leurs stages et sans profiter des vacances scolaires. "Finalement, l’année la plus dure, ce n’est pas PCEM1 mais DCEM4 !", avoue Chloé.
 

Pas de chômage en vue

 
Après le concours, les externes deviennent des internes. Ils ne sont pas encore docteurs puisqu’ils n’ont pas soutenu leur thèse, mais ils sont médecins. En tant que tels, on leur confie les responsabilités de "vrais" professionnels (ils peuvent notamment prescrire) et touchent une "vraie" paie. Selon la spécialité choisie, ils vont encore effectuer de trois à cinq ans d’études. Au total, leur formation aura donc duré de neuf à onze ans (sans redoublement). Un vrai marathon ! Pour sa part, Chloé va étudier trois ans "seulement" car son objectif est de devenir médecin généraliste à la campagne. Un métier qui favorise les contacts humains. "C’est cette pratique-là qui m’attire", explique-t-elle simplement. Bon point pour elle : la pénurie est telle que la jeune femme ne risque pas de se retrouver au chômage. Avec le projet de loi Bachelot (ou "Hôpital, patients, santé, et territoires"), elle pourra peut-être prétendre à l'une de ces bourses destinées à inciter les étudiants à s'installer dans une zone rurale...

Pour aller plus loin : Médecine : ce qui vous attend pour l’internat, après la réforme / Choix des spécialités en médecine : qu’est-ce qui motive les étudiants ? / Classement des facs de médecine : lesquelles préparent le mieux aux ECN ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier En deuxième année de médecine, Chloé entre dans le vif du sujet En troisième année de médecine, c’est hôpital tous les matins En quatrième année, Chloé devient apprentie médecin L’ambiance en fac de médecine : de la compétition à la solidarité Médecine : des études peu coûteuses, mais longues Contaminée par le virus de l’associatif Objectif : devenir médecin de campagne