1. Les filières paramédicales qui peuvent recruter après la PAES
Coaching

Les filières paramédicales qui peuvent recruter après la PAES

Envoyer cet article à un ami

Futurs médecins, sages-femmes, pharmaciens, dentistes… votre parcours d’études débute désormais par la PAES (première année des études de santé). Que faut-il attendre de cette année, instaurée notamment pour faciliter la réorientation des étudiants en cas d’échec ? Décryptage.

Pour intégrer certains établissements de formation paramédicale, publics ou privés, le passage par la PAES (1ère année des études de santé) est désormais obligatoire ou est en passe de l’être. Présentation des 6 filières qui ont le droit d’utiliser ce mode de recrutement.


Ergothérapeute


Le diplôme d’État d’ergothérapeute se prépare en 3 ans à l’université (Bordeaux, Paris-Est-Créteil, Lyon), ou dans 9 instituts publics ou privés. En 2009, on comptait 401 étudiants ergothérapeutes.
Le cursus. Revu en 2010, il inclut des enseignements théoriques (sciences humaines, sociales et droit, sciences médicales, fondements et processus de l’ergothérapie, pathologies et handicaps, techniques de soins et de rééducation, techniques de réadaptation et de réinsertion, appareillage…) et des travaux dirigés (ateliers de techniques manuelles et artistiques). Un stage de 36 semaines est également prévu.

 

Manipulateur en électroradiologie

 
2 voies mènent au métier de manipulateur en électroradiologie. Les étudiants peuvent passer par l’un des 18 instituts de formation rattachés à un centre hospitalier et obtenir un diplôme d’État, ou étudier dans l’un des 23 lycées publics ou privés sous contrat et décrocher le DTS (diplôme de technicien supérieur) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique. Les premiers recrutent sur concours, les seconds sur dossier. À la rentrée 2010, 3 écoles accueillent des étudiants issus de PAES.
Le cursus. La formation dure 3 ans. Les stages représentent presque le double du temps de cours. Au programme : des disciplines fondamentales (anatomie, physique et électricité…), des méthodes d’exploration et de traitement en imagerie médicale, en radiothérapie, en médecine nucléaire, des enseignements sur les pathologies, les soins d’urgence, la santé publique, etc.
  

Masseur-kinésithérapeute

 
Parmi les 36 écoles de kiné publiques mais surtout privées, plus des 2/3 recrutent à l’issue d’une 1ère année de médecine. Les autres organisent un concours d’entrée postbac. Moins de 5% des candidats (à 98% des bacheliers S) parviennent à intégrer un IMFK (institut de formation en masso-kinésithérapie). Au total, 2.285 places étaient à pourvoir en 2010.
Le cursus. Le cursus dure 3 ans et mène à un diplôme d’État. La formation comprend des fondamentaux médicaux (anatomie, physiologie, pathologie générale, psychologie, massage et mouvement), surtout en 1ère année, et des modules de kinésithérapie appliquée. Une large place à la pratique et à la relation au patient est accordée dès la 2ème année. Les étudiants se retrouvent en effet en stage tous les matins.

 
Pédicure-podologue

 
Deux instituts publics, à Bordeaux et à Toulouse, et 8 écoles privées forment en 3 ans au métier de pédicure-podologue. En 2009, on comptait 529 étudiants dans la filière.
Le cursus. Côté théorie, au-delà des notions de base en biologie, physiologie, sémiologie et pathologie, l’anatomie des membres inférieurs (du bassin au pied), les techniques de base en pédicurie, l’étude des troubles statiques et des pathologies spécifiques sont au programme. Les travaux dirigés sont tournés vers les soins en pédicurie, la conception et la fabrication de semelles et autres petits appareillages. Des stages hospitaliers et des consultations de patients à l’école complètent la formation.

 
Psychomotricien

 
La formation de psychomotricien – il rééduque les difficultés motrices liées à des troubles psychologiques – est dispensée dans 4 écoles rattachées à des facs de médecine (Bordeaux 2, Lyon 1, UPMC [Paris 6], Toulouse 3) et dans 2 écoles privées situées à Loos et à Paris. Elle dure 3 ans. À la rentrée 2010, le numerus clausus s’élevait à 673 places.
Le cursus. Il mêle un enseignement théorique (anatomie, physiologie neuromusculaire, psychologie-psychiatrie, psychomotricité, pédiatrie et santé publique), une approche pratique des techniques de psychomotricité, des études de cas et, à partir de la 2ème année, des stages effectués dans des collectivités accueillant des enfants, des institutions de soins, des hôpitaux psychiatriques.

 

Technicien en analyses biomédicales

 
3 diplômes principaux permettent d’accéder au métier de technicien en analyses biomédicales : le BTS analyses biomédicales , le DUT génie biologique option analyses biologiques et biochimiques et le DETAB (DE de technicien en analyses biomédicales) proposé dans 5 écoles. Les 2 premiers s’obtiennent à l’issue de 2 ans de formation, le 3ème en 3 ans.
Le cursus. Au programme : des cours et travaux pratiques de bactériologie, d’hématologie, de parasitologie, d’anatomo-cytopathologie…

Sommaire du dossier
Retour au dossier La PAES, pour qui, pour quoi ? PAES : la vidéo et l’informatique à la rescousse PAES : un concours en janvier, 4 en juin Les filières paramédicales qui peuvent recruter après la PAES Médecine, dentaire, sage-femme, pharmacie : le numerus clausus 2011 stable PACES : les facs de médecine se creusent la tête pour la rentrée 2010