Le tutorat fac par fac, en région parisienne

publié le 14 Octobre 2008
2 min

Si aujourd’hui chaque université est obligée de proposer ce système, toutes ne l’organisent de la même manière. Revue de détail en Île-de-France (1).

Paris 5 – René-Descartes


Numérus clausus 2008 : 377 places.

Un tutorat est mis en place par des étudiants de deuxième année qui composent des concours blancs sous la forme de QCM.

Paris 6 – Pierre-et-Marie-Curie


Numérus clausus 2008 : 333 places.
Le système de tutorat ne sera pas forcément reconduit cette année. Des concours blancs sont en revanche planifiés pour la fin du premier semestre.

Paris 7 – Diderot


Numérus clausus 2008 : 346 places.
Les étudiants de deuxième année dispensent un tutorat, essentiellement pédagogique, à raison de dix heures par mois pendant six mois.

Paris 11 – Kremlin-Bicêtre


Numérus clausus 2008 : 137 places.
Un système de tutorat est mis en place chaque semaine par des étudiants de deuxième année, qui ont instauré des concours blancs dans chaque matière.

Paris 12 – Créteil


Numérus clausus 2008 : 152 places.
Un système de tutorat a été mis en place, pour 9 euros l’année. Des étudiants de deuxième et troisième années organisent des concours blancs. Au premier semestre, deux matières sont au programme (embryologie et immunologie). Au second semestre, quatre matières sont préparées (anatomie, histologie, génétique et physiologie).

Paris 13 – Bobigny


Numérus clausus 2008 : 127 places.
Un système de tutorat est proposé par les deuxièmes années pour 5 €. Des concours blancs sont préparés avec un classement anonyme. Des cours et des annales sont également vendus (50 euros environ).

Paris – Île-de-France – Ouest


Numérus clausus 2008 : 121 places.
Le tutorat est pris en charge gratuitement par des étudiants de deuxième et troisième années. Chaque semaine, une matière et un sujet sont tirés au sort en amphi puis sont corrigés.


(1) Nous n’avons pas pris en compte les facultés d’outre-mer au vu de leurs trop faibles effectifs. De même, la Faculté libre de médecine (FUPL, surnommé "la Catho") n’est pas traitée pour des questions de place.

Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !