1. LMD : et en dehors de l'université ?
Enquête

LMD : et en dehors de l'université ?

Envoyer cet article à un ami

La réforme LMD concerne aujourd'hui la totalité des universités et la plupart des grandes écoles. Retour sur les grands principes de cet ambitieux chantier qui vise à harmoniser et à comparer les études en Europe.

La plupart des autres filières de l'enseignement supérieur ont également adopté ce modèle. C'est le cas par exemple des instituts d'études politiques (IEP), mais également des écoles supérieures de commerces sur prépas et des écoles d'ingénieurs, tous délivrant un diplôme ayant le grade de master (bac + 5).

En école d'architecture, la réforme a conduit à un diplôme d'État d'architecte en cinq ans conférant le grade de master, une sixième année étant nécessaire pour obtenir la capacité à exercer la maitrise d'œuvre qui permet à l'architecte de signer son bâtiment et d'en être légalement responsable.

Dans le secteur paramédical, le dossier du LMD progresse. C'est ainsi que le diplôme d'État d'infirmier a été reconnu au grade de licence en 2009. Il ne l'était jusqu'à présent qu'à bac + 2, alors que la formation dure trois ans après le bac. Concrètement, et pour décrocher leur diplôme, les étudiants en soins infirmiers devront obtenir 180 crédits ECTS : 60 délivrés suite à des stages, un peu plus de 60 délivrés par les IFSI (instituts de formation aux soins infirmiers), un peu moins de 60 par les universités. Un tiers des enseignements seront coordonnés par les universités avec lesquelles les quelque 350 instituts auront passé convention.

Au final, trois grandes filières ne sont pas encore intégrées dans le système LMD : il s'agit des classes préparatoires aux grandes écoles, des BTS et des DUT.

Sommaire du dossier
Retour au dossier LMD : la licence, un premier palier LMD : le master, pour travailler ou viser la recherche mode d’emploi LMD : le doctorat, une voie au long cours LMD : et en dehors de l'université ?