L’insertion professionnelle après un bac L : l’évolution des mentalités dans le privé, mythe ou réalité ?

Par Catherine Petillon, publié le 25 Avril 2013
4 min

La Conférence des doyens et des directeurs d'UFR LLASHS rappelle, dans une lettre-manifeste intitulée "Halte aux préjugés, les facs de lettres proposent des filières d'avenir", que "les diplômés lettres, langues, arts, sciences humaines et sociales (LLASHS) "révèlent sur le terrain et dans la durée un potentiel trop souvent mal discerné et méconnu [...]" qui tient à leurs "qualités rédactionnelles", à leur "esprit de synthèse", leurs capacités "d'analyses critiques de documents, situations et modes d'intervention", leur "aptitude à la prise de parole" et leur "esprit d'ouverture".

Une reconnaissance de compétences salutaire, à faire valoir dans les métiers qui émergent. Car les grandes entreprises, elles, restent sur la réserve.

Des savoir-faire utiles sur le marché du travail

En effet, l'ensemble des compétences que les étudiants ont acquises au cours de leurs années d'études sont valorisables dans le monde de l'entreprise.

Au-delà des qualités structurelles développées lors de ces formations, certains cursus permettent d'acquérir des savoir-faire immédiatement utilisables. On peut par exemple lire, sur le site de l'université de Lyon 2, que "les jeunes sociologues disposent d'une multitude de compétences qu'ils ne doivent pas ignorer ; ils savent bâtir un dispositif d'enquête, élaborer un questionnaire, mener des entretiens, les exploiter, rédiger des rapports, faire des synthèses, restituer des résultats et les traduire dans les langages de leurs interlocuteurs, ils savent enfin se repérer dans les institutions qui les emploient et saisir les enjeux de leur mission."

Contrairement aux idées reçues, les cursus littéraires vous permettront d'acquérir, outre une grande autonomie dans le travail, des compétences tout à fait identifiables.

Les métiers accessibles dans le secteur privé

Au sein des grandes entreprises, c'est le plus souvent dans les services de ressources humaines, de la communication ou de la formation que l'on retrouve le plus de diplômés littéraires. Mais ils pourraient trouver d'importantes opportunités d'embauche du côté de secteurs d'activité en plein développement ou qui vont dans les années à venir manquer de personnes compétentes.

L'aide aux personnes fragiles (handicapés, personnes âgées) et, d'une façon générale, les carrières sociales recrutent : un vrai gisement d'emplois est aussi en train d'émerger dans le monde associatif. Parallèlement, de nouveaux métiers apparaissent : mise en œuvre de politiques de la diversité, création de missions handicap dans les entreprises ou les collectivités locales, métiers du développement durable...

En plein essor, toutes ces fonctions sont encore récentes, si bien que les entreprises n'ont pas encore d'habitudes de recrutement. Ces métiers représentent à coup sûr une opportunité pour les diplômés littéraires de faire valoir leurs compétences. Et de fait, leur profil est souvent apprécié.

Une prise de conscience timide

L'histoire des relations entre l'entreprise et l'université est ponctuée de préjugés et de malentendus. Les dirigeants de grandes entreprises ont tendance à recruter des diplômés de grandes écoles, dont ils sont le plus souvent eux-mêmes issus. Et quand ils embauchent des diplômés universitaires – a fortiori des littéraires –, ils parlent encore régulièrement de "profils atypiques".

"La réflexion sur le recrutement de profils littéraires surgit puis disparaît de façon cyclique, tempère d'ailleurs Christian Darantière, directeur délégué de l'AFIJ (Association pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes diplômés). Certes, certains secteurs disent manquer de personnes capables de rédiger correctement ou vouloir s'ouvrir à d'autres profils. Mais tout cela reste une prise de conscience timide : en pratique, les entreprises n'ont pas fait de très grands efforts de diversification."

À consulter aussi 

Est-ce que je peux, avec un bac L ?- Avec mon bac L : est-ce que je peux réussir en droit ?
- Est-ce que j'ai une chance d'entrer dans une école de commerce après un bac L ?

Quelle filière après mon bac L ?
- Quel BTS après un bac L ?
- Bac L : quelle filière universitaire pour passer le concours de professeur des écoles ?
- Bac L : je suis fort en langues, quelles études postbac ?

Quoi d'autre, après mon bac L ?
- Après un bac L : que faire si je ne veux pas aller à la fac ?
- Intégrer Sciences po avec un bac L
- Intégrer une prépa après un bac L : ce qu'il faut savoir

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !