1. Portrait de fac : l’UVSQ, une fac « verte »
Reportage

Portrait de fac : l’UVSQ, une fac « verte »

Envoyer cet article à un ami

Si certaines universités sont plus que centenaires, d’autres fêtent tout juste leur 20 printemps. C’est le cas de l’UVSQ (université pluridisciplinaire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), nouveau volet de notre série « Portrait de fac ». Au menu, un focus sur ses atouts et ses faiblesses, mais aussi sur le développement durable, marque de fabrique de l’UVSQ, ainsi que sur l’accompagnement individualisé des étudiants handicapés. Enfin, un zoom dans le monde de la sécurité informatique, avec une formation au nom évocateur de master de cryptographie.Établissement de proximité (la majorité de ses étudiants viennent des Yvelines), l’UVSQ entretient des relations très étroites avec les entreprises qui y sont implantées. Au détriment, cependant, d’une cohésion d’ensemble.

Ses points forts

 

Des liens forts avec les entreprises

Héritage du contexte dans lequel est née cette "université nouvelle" en 1991, l’UVSQ a noué des relations fortes avec les acteurs du monde socio-économique. Les IUT, en particulier, ont impulsé cette dynamique, suivis par de nombreux autres cursus : en 2010, plus de la moitié des nouvelles formations de l’université étaient professionnalisantes (licences pro et masters pro). Aujourd’hui, on en compte 133 au total. Signe des liens tissés avec le territoire, 21 % des diplômés de master et 23 % des diplômés de licence professionnelle trouvent un emploi dans une entreprise des Yvelines, où sont implantés de grands groupes tels que Renault, Peugeot ou EADS.


 

Le développement durable à tout prix

Formations, laboratoires de recherche, mais aussi initiatives pour rendre le campus lui-même plus vert et durable : au fil des années, l’UVSQ est devenue l’une des universités leader en la matière. Et cela va se poursuivre à la rentrée 2012 avec l’UFR des sciences de la santé qui sera implantée sur un nouveau site à Montigny-le-Bretonneux (78). L’établissement a été conçu dans une optique de développement durable : le bâtiment basse consommation certifié HQE (haute qualité environnementale) sera peu gourmand en énergie grâce notamment à un éclairage largement naturel et une façade végétalisée.

L’une des meilleures facs de médecine

L’UFR des sciences de la santé (ex-faculté de médecine de Paris Île-de-France Ouest, PIFO) arrive en deuxième place ex aequo avec Lyon-Est dans le classement de L’Etudiantfondé sur le pourcentage de candidats classés dans les 500 premiers à l’ECN (examen national classant).

 

Des chercheurs reconnus

L’UVSQ a été récompensée à plusieurs reprises pour ses travaux de recherche dans différentes disciplines. Ainsi, en 2010, elle a fait son entrée dans le classement international des universités de Shanghai. Par ailleurs, deux de ses chercheurs, chimiste et climatologue, ont reçu une médaille d’or du CNRS au cours de la dernière décennie. Parmi les disciplines phares de l’université, le climat et l’environnement ont été regroupés au sein du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement – hébergé par l’Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ce dernier a participé aux travaux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2007.

 
Ses points faibles

 

Des sites dispersés qui nuisent à la vie étudiante

L’UVSQ est dispersée sur pas moins de sept sites : les deux principaux sont de Versailles, pour les services centraux et les sciences (avec une antenne voisine au Chesnay), et de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui accueille le droit, la science politique, les sciences sociales, la médecine. L’Observatoire de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et les trois instituts de recherche et d’enseignement (Institut des langues et des études internationales, Institut d’études culturelles, Institut supérieur de management) sont aussi installés dans cette ville.

D’autre part, si l’un des deux IUT se trouve à Mantes-la-Jolie, le second, principalement situé à Vélizy-Villacoublay, possède une antenne à Rambouillet. Quant à l’école d’ingénieurs ISTY (Institut des sciences et techniques des Yvelines), elle se partage entre Mantes-la-Ville pour la mécatronique et Vélizy-Villacoublay pour l’informatique.

Résultat : une vie étudiante peu active, comme en témoigne Alexandre, arrivé à l’UVSQ en master, après une licence à l’université d’Évry : "La vie étudiante se concentre plus à Saint-Quentin que sur les autres antennes. À Versailles notamment où se déroule ma formation, les étudiants viennent prendre leurs cours, puis s’en vont. Il n’y a pas de salle en libre accès pour pouvoir se retrouver, tisser des liens entre nous mais aussi avec les enseignants. Le campus est beau, mais ça ne fait pas tout." Cependant, l’UVSQ a mis en place une Direction de la vie étudiante qui vise à permettre "l’épanouissement et l’engagement des étudiants", défini comme l’un des quatre axes prioritaires du projet d’établissement.

Une ouverture internationale encore timide

Si l’UVSQ a signé 230 accords de partenariat avec des universités réparties dans 72 pays, la mobilité reste faible : 330 étudiants sont envoyés à l’étranger chaque année dans le cadre d’un programme d’échange (soit 1,8 % des effectifs) et 2 400 étudiants étrangers sont accueillis en France. Pour renforcer l’internationalisation, l’UVSQ a créé un Institut des langues et des études internationales afin de développer davantage les formations dispensées en anglais ainsi que le e-learning (apprentissage en ligne).

Une pluridisciplinarité à valoriser

Rassemblant des formations en médecine, sciences exactes, sciences humaines et sociales, droit et science politique, l’UVSQ offre un large éventail de disciplines. Cependant, les parcours réellement transversaux proposés aux étudiants ne sont pas encore très nombreux.

Sommaire du dossier
L’UVSQ incite ses étudiants à s’impliquer dans le développement durable Étudiants handicapés : l’UVSQ les accompagne jusqu’à leur insertion professionnelle La sécurité informatique et la cryptographie racontées par Alexandre, inscrit en master 2 SeCReTS à l’UVSQ