1. Réussir en licence de droit : “Il faut aimer écrire”
Décryptage

Réussir en licence de droit : “Il faut aimer écrire”

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Réussir en licence AES : “L’important, c’est de s’intéresser à tout !” Réussir en licence d’arts plastiques : “Une grande place est accordée à la réflexion” Réussir en licence de sciences de la vie : “Faites des stages dès la fin de la L1” Réussir en licence de droit : “Il faut aimer écrire” Réussir en licence d’histoire : “Ayez une démarche critique” Réussir en licence de langues : “Vérifiez que vous avez le niveau !” Réussir en licence de lettres : “Défendez un point de vue” Réussir en licence de maths-informatique : “L’enseignement varie beaucoup entre le lycée et la fac” Réussir sa PACES en médecine : “Travaillez pour être reçu du premier coup” Réussir en licence de physique-chimie : “Se débrouiller aussi bien dans les deux matières” Réussir en licence de psycho : “Il faut s’investir dans les matières fondamentales” Réussir en licence d'économie : “Pas de par-cœur mais une bonne dose de logique” Réussir en licence de sciences pour l'ingénieur : “Il ne faut pas négliger les cours théoriques” Réussir en licence de sociologie : “La socio n’est pas qu’une discipline littéraire” Réussir en licence STAPS : “La pratique sportive est le support des études, pas le but”
Matière inconnue des lycéens, le droit séduit de très nombreux bacheliers. Pour réussir, rigueur, bonne expression et intérêt pour l’actualité sont indispensables !

Les qualités requises pour étudier le droit à la fac :
Aimer écrire et argumenter
Avoir une forte capacité de travail
Posséder de bonnes capacités d'analyse et de raisonnement

 

Ce qu’on apprend en licence de droit

 
En licence de droit, vous étudierez les règles qui régissent la société : le fonctionnement des institutions politiques, de la justice, des contrats de mariage ou de divorce, de la fiscalité, de l’héritage, des assurances… “Tout cela est très en lien avec l’actualité. Cette année, nous discutons des modalités d’organisation des élections présidentielles, ou des conditions juridiques d’une intervention en Libye. Les étudiants en droit vont développer leur culture générale”, estime Stéphanie Pavageau, maître de conférences à l’université de Poitiers.

Le droit attire majoritairement des bacheliers ES qui constituent la moitié des nouveaux inscrits. Ces derniers vont acquérir des ­compétences précises : raisonner sur les textes, établir des diagnostics juridiques. Il faut pour cela beaucoup de rigueur, de la méthodologie, de bonnes capacités de travail. Et un certain esprit littéraire : vous aurez de nombreuses dissertations et commentaires d’arrêts à rédiger. “Il est important d’aimer écrire, et d’être à l’aise dans cet exercice. Mais cela s’apprend : plus on écrit de dissertations, meilleur on est”, assure Stéphanie Pavageau.

 

À savoir avant

 
Le droit n'est pas enseigné au lycée et il faut donc s'adapter à des matières nouvelles, une terminologie particulière et des exercices inédits. Le nombre d'abandon à la fin de la L1 est particulièrement élevé. Si le droit exige de la rigueur et beaucoup de motivation, il ne se résume pas à l’apprentissage par cœur de textes et d’articles de codes. “Beaucoup de lycéens ont peur de ne pas avoir des capacités de mémorisation suffisantes. Mais le plus important, c’est l’argumentation”, observe Stéphanie Pavageau.

 

À quoi mène la filière ?

 
Le droit mène aux métiers d’avocat, de juge, de notaire, d’huissier, etc. De nombreux diplômés passent les concours administratifs (IRA, Trésor public…) ou travaillent dans les services fiscaux, commerciaux ou juridiques des entreprises.

 

Et si je change d’avis ?

 
Dans certaines facs, il est possible de se réorienter à l’issue du premier semestre vers une licence connexe : AES, économie, sociologie, histoire. Après la L2, les étudiants en droit peuvent bifurquer en L3 science politique ou en licence professionnelle (métiers du notariat, assistant juridique...). En outre, la licence de droit permet d’entrer dans de nombreux masters : droit des affaires, sciences criminelles, droit international, ressources humaines…

À tout moment, il est possible de passer des concours de la fonction publique (catégorie A avec la licence, ou B avec le bac). Les diplômés de L2 ou de L3 peuvent aussi passer les concours d’admissions parallèles des écoles de commerce (Passerelle, Tremplin). Autres possibilités : les concours des instituts d’études politiques, ou des écoles de journalisme.

Voir aussi notre dossier “Réorientation et passerelles entre filières”.

Rodolphe, 19 ans : “Avoir un certain goût pour l'argumentation”

Rodolphe, 19 ans, en L3 de droit à Toulouse 1 - 2012
Rodolphe, 19 ans, est passé par une licence de droit. © Jessica Gourdon

Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?
“Le droit est une matière littéraire, car il faut aimer écrire, avoir un certain goût pour les mots, pour l’argumentation. Mais cela demande aussi beaucoup de rigueur. Ce qui me plaît le plus, c’est l’ouverture au monde que le droit apporte. On est au cœur de l’actualité, au cœur des enjeux politiques et économiques.”

Quels sont vos conseils pour réussir ?
“Il ne faut pas se laisser déborder par la liberté qu’offre l’université, et savoir organiser son temps libre. Participer aux associations de la fac est un bon moyen pour s’intégrer, s’aérer l’esprit, et au final mieux se concentrer sur ses études. Je recommande d’aller visiter un tribunal, d’assister à un procès : cela aide à concrétiser les cours. Enfin, je conseille de lire les journaux, particulièrement ‘le Monde’ et ‘le Figaro’ qui proposent de bonnes chroniques judiciaires.”

Témoignage recueilli en février 2012