Choisir d’étudier à l’université pour des conditions d’études modernisées

Par Mathieu Oui, avec Daisy Le Corre, publié le 04 Février 2011
3 min

Les choses bougent à l’université. Non seulement les conditions d’études s’améliorent, mais les taux d’insertion professionnelle à la sortie progressent. Si vous pensez que la fac est une voie à éviter, voici 10 bonnes raisons de vous convaincre du contraire.

“Dans la bibliothèque, je trouve toujours de la place et on bénéficie de connexions wi-fi gratuites !” Inscrite en licence de lettres modernes à Lille 3, Léa est une habituée de la bibliothèque de son UFR (unité de formation et de recherche). La jeune fille y vient souvent réviser entre deux cours ou consulter les livres recommandés par ses enseignants.
 

Les universités de plus en plus équipées côté numérique

 
Aujourd’hui, 80 % des campus sont équipés en wi-fi. “On peut se connecter dans les salles de cours et de TP [travaux pratiques], dans les halls et même sur les pelouses”, détaille Marie-Laure Ripoll, vice-présidente en charge de l’enseignement supérieur à la FAGE (Fédération des associations générales étudiantes).
Le ministère recense par ailleurs 10 établissements où la couverture en wi-fi est proche de 100 % : Compiègne, Lyon 2, Nantes, Nice, Paris 3, Paris 6, Paris 9, Rennes 1, Rennes 2 et Toulon. Toujours selon le ministère, 95 % des étudiants disposent d’un accès à un environnement numérique de travail, qui permet de suivre des cours et de faire des exercices en ligne, mais aussi de dialoguer avec les professeurs.
 

De gros investissements pour rénover les locaux

 
Outre l’équipement numérique, les universités ont aussi fait ces dernières années de gros efforts de modernisation de leurs locaux et équipements avec la construction de nouvelles bibliothèques ou d’amphis. Certes, la situation est contrastée d’un établissement à l’autre, de nombreuses facs sont encore vétustes, notamment à Paris, mais une dynamique globale de modernisation est engagée. Dernièrement, l’État a fait un gros effort d’investissement (5 milliards d’euros) avec l’opération Campus qui finance la rénovation immobilière de 12 sites universitaires à Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, la Lorraine, Lille, Lyon, Montpellier, Paris-Aubervilliers, Paris intra-muros, Saclay, Strasbourg et Toulouse. “Les premières constructions devraient sortir de terre dès cette année, notamment à Strasbourg et en région parisienne”, indique Marie-Laure Ripoll, élue à la FAGE et étudiante en licence de géographie à Strasbourg. Mais il faudra sûrement patienter encore quelques années pour profiter pleinement des effets de l’opération Campus.
 

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !