1. Changer de cap, c'est possible !
Coaching

Changer de cap, c'est possible !

Envoyer cet article à un ami

Le droit à l'erreur existe ! A l'université, la possibilité de se réorienter en fin de premier semestre est défini par un arrêté. Mais gare aux déconvenues, certaines portes sont désormais fermées.

Non, Mona ne garde pas un mauvais souvenir de la fac. "J'ai adoré la liberté qui nous était donnée, et j'ai rencontré des tas de gens, d'horizons très différents", sourit-elle. "Mais en s'inscrivant en espagnol, dans la filière langues littérature et civilisation étrangère (LLCE), je ne me rendais vraiment pas compte de ce qui m'attendait !". Rapidement, la jeune femme, qui avait pourtant de bonnes notes au lycée, n'arrive plus à suivre, et se désintéresse des cours. "Les profs ne parlaient qu'espagnol ! J'avais l'impression qu'il aurait fallu être bilingue pour les comprendre... En plus, je n'étais pas venue là pour passer des heures à faire de l'analyse stylistique !".
Une telle erreur de casting, difficile de dire combien d'étudiants en sont victimes chaque année. Ce qui est sûr, c'est qu'à l'université, 5 % seulement des inscrits réussissent à bifurquer en cours d'année. Et on peut soupçonner que la proportion des étudiants mal à l'aise dans leur filière soit plus élevée. Près d'un jeune sur quatre abandonne en effet la fac après une année !
 

Réorientation : qui décide ?

 
Changer de voie à l’issue du semestre initial est une démarche encadrée par l’arrêté Bayrou du 9 avril 1997. L’article 6 stipule même que ces six premiers mois sont justement conçus pour que l’étudiant puisse vérifier la pertinence de son choix. Mais attention, dans ce cas, vous ne serez plus seul à décider ! En vertu de l’article 14, c’est une commission qui tranche. Ses membres sont nommés par le président de l’université. Son verdict doit vous être rendu au cours d’un entretien individuel.

Sommaire du dossier
La sélection est partout Ne pas négliger ses partiels À chaque université, ses passerelles Pas de décisions hâtives Et les classes prépa ? 3 questions à Michèle Paulin