À chaque université, ses passerelles

Par Julie Marie-Leconte, publié le 15 Janvier 2008
2 min

Le droit à l'erreur existe ! A l'université, la possibilité de se réorienter en fin de premier semestre est défini par un arrêté. Mais gare aux déconvenues, certaines portes sont désormais fermées.

En théorie, la réforme licence, master, doctorat (LMD) a été conçue pour permettre aux étudiants de personnaliser leur parcours. Dans les faits, les passerelles se dessinent souvent en fonction de la proximité entre les disciplines – et selon les options, qu'il faut donc choisir avec soin ! Grâce aux équivalences et aux validations d’acquis, après six mois de mathématiques appliquées aux sciences sociales (MASS), vous pourrez ainsi généralement passer en second semestre d'économie. En revanche, si vous souhaitez changer radicalement de domaine, vous devrez sans doute repartir de zéro. Les chances d’être admis en droit après six mois de géographie sont, par exemple, quasiment nulles. Dans tous les cas, rappelez-vous que les demandes ne sont pas toujours acceptées : les filières surchargées n’accueillent presque personne !
 

Pourtant, des solutions existent
 

Difficile d’être exhaustif à ce sujet : chaque université, ou presque, fait sa propre cuisine. "Nous réclamons une carte nationale des passerelles : elle n’existe toujours pas, déplore Thierry Lecras, élu de l’UNEF au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche. C’est d’autant plus regrettable, poursuit-il, que pour un même contenu d’enseignement, on retrouve parfois des intitulés radicalement différents d’une fac à l’autre." Au service d’orientation et d’information de votre université, vous trouverez toutefois la liste des procédures à respecter, par diplôme et par établissement.
Certains IUT, comme celui de Marne-la-Vallée, en région parisienne, proposent par exemple encore des rentrées décalées : plutôt que de perdre un an, on peut y (re)commencer un premier semestre dès février, par exemple en DUT génie thermique et énergie. Les centres de formation d’apprentis recrutent également parfois en cours d’année, mais en fonction des besoins. Et ce n’est pas forcément la panacée pour tous les profils.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !