L’insertion professionnelle après un bac L : valoriser son profil pour plaire aux entreprises

Par Catherine Petillon, publié le 25 Avril 2013
5 min

Si les cursus de lettres sont encore souvent considérés comme trop peu professionnalisants et inadaptés aux exigences du marché de l'emploi, la tâche incombe aux étudiants de compléter leur formation par des stages et des activités parascolaires. De se rapprocher du monde du travail. D'imaginer les métiers où leurs compétences particulières seront nécessaires.

Où va le gros des troupes ?

Certains débouchés restent "naturels" pour ceux qui s'engagent dans une filière littéraire. L'enseignement accueille la majorité des diplômés de l'université. La recherche est l'autre voie traditionnelle à l'issue d'un master puis d'un doctorat, mais les places sont très rares. Les concours de la fonction publique territoriale constituent également une bonne opportunité. 

D'une façon générale, c'est dans la fonction publique que l'on retrouve le plus de diplômés en lettres et sciences humaines. Ils sont également nombreux à se tourner vers le journalisme ou les métiers de la communication.

Imaginer d'autres débouchés

"Il m'a fallu du temps et de l'énergie pour faire valoir qu'il était possible de faire de la philosophie en dehors du cadre purement académique", se rappelle Isabelle Faure, titulaire d'un DEA (l'équivalent d'un actuel master 2) de philosophie sur "La jouissance chez Spinoza".

Aujourd'hui, elle est consultante associée dans un cabinet d'architecture à Nantes. "Le vrai défi était pour moi de rester fidèle à ma discipline et de défendre la posture d'une philosophie appliquée. Dans un projet d'urbanisme, mon rôle est de veiller à ce que le sens du projet ne disparaisse pas sous les multiples contraintes matérielles. Pour moi, le propre du philosophe est de savoir bousculer la réalité pour redonner une énergie nouvelle à un projet."

C'est tout à la fois la chance et la difficulté des filières qui n'ont pas de finalité professionnelle directe : il est possible de creuser sa voie et de "créer son poste". Il faut savoir faire preuve d'ouverture d'esprit et d'imagination pour concevoir ce que pourront donner des études théoriques dans un cadre professionnel.
"D'une manière générale, les industriels sont toujours à l'affût d'idées nouvelles et de profils atypiques... mais, pour que la rencontre ait vraiment lieu, il faut savoir se montrer encore plus convaincant que les autres auprès de recruteurs potentiels", estime Isabelle Faure.

Élargir ses compétences

Compléments de formation, activités personnelles, expérience professionnelle : c'est l'ensemble de votre parcours que regarderont vos futurs recruteurs. Ce qui fera l'originalité de votre candidature au moment de chercher du travail, c'est aussi, et peut-être surtout, ce que vous aurez fait en marge de vos études.

Être président d'une association, avoir des activités bénévoles, faire du sport, exercer un petit boulot ou effectuer des stages… tout cela enrichit votre personnalité.
C'est une bonne façon d'acquérir des compétences, mais aussi de tester et de voir ce qui vous plaît. Certaines licences proposent des unités d'enseignement libres "stage professionnel".

Rencontrer des professionnels

"Un étudiant doit se poser les bonnes questions : quelles sont mes attentes ? Dans quel avenir professionnel ai-je envie de me projeter ? Comment je me vois dans quelques années ? Même s'il faut reconnaître qu'il n'est pas toujours évident d'identifier un nom de métier", remarque Françoise Chambre, DRIP (directrice de la direction de la réussite et de l'insertion professionnelle) à l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. 

Il est difficile de se faire une idée précise de ce que signifie au quotidien exercer tel ou tel métier.

"Stages, exposés, tables rondes : les étudiants doivent saisir toutes les opportunités d'aller à la rencontre d'un monde qui les intéresse, y compris les exercices universitaires, estime Delphine Moreau, enseignante en sociologie à l'université.
Par exemple, en sociologie, un exercice d'observation libre peut être un bon prétexte pour aller interroger des professionnels. Une de mes amies rêvait de faire du cinéma. Elle a consacré son master de sociologie au métier de script et elle s'est rendue sur les tournages pour réaliser des entretiens sociologiques. Et aujourd'hui, elle travaille dans l'audiovisuel."

La mode, le journalisme, l'urbanisme vous attirent ? Rencontrer ceux qui travaillent dans ces domaines vous donnera une idée concrète des métiers exercés.
Surtout, interrogez-les sur le parcours qui les a menés à leur poste pour comprendre comment on entre dans une profession, ce qu'il faut acquérir comme diplômes et compétences, et ce qui sera attendu. C'est aussi un bon moyen de tester votre motivation.

N'hésitez pas à poser toutes ces questions à des professionnels et à susciter les rencontres. 

À consulter aussi

Est-ce que je peux, avec un bac L ?
Avec mon bac L : est-ce que je peux réussir en droit ?
Est-ce que j'ai une chance d'entrer dans une école de commerce après un bac L ?

Quelle filière après mon bac L ?
Quel BTS après un bac L ?
Bac L : quelle filière universitaire pour passer le concours de professeur des écoles ?
Bac L : je suis fort en langues, quelles études postbac ?

Quoi d'autre, après mon bac L ?
Après un bac L : que faire si je ne veux pas aller à la fac ?
Intégrer Sciences po avec un bac L.
Intégrer une prépa après un bac L : ce qu'il faut savoir.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !