1. L’UB : un pôle d’attraction en Bourgogne
Reportage

L’UB : un pôle d’attraction en Bourgogne

Envoyer cet article à un ami
Le campus de l'UB sous la neige. // © Cécile Peltier
Le campus de l'UB sous la neige. // © Cécile Peltier

Venus parfois de loin pour décrocher l’un des quelque 400 diplômes que propose l’université de Bourgogne, les étudiants apprécient l’accueil qui leur est réservé. Tour d’horizon de ce qui les fait se sentir bien dans leur fac.

L'été, avec ses larges pelouses parsemées d'étudiants, le campus "à l'américaine" de l'UB (université de Bourgogne) prend des airs de Californie. Mais en ce matin d'hiver, recouvert d'un manteau de givre, il semble plutôt sorti d'un conte russe. L'heure n'est ni au farniente, ni au pique-nique. Chaudement emmitouflés, les étudiants déversés par le tram – qui relie le centre de Dijon en un quart d'heure – se pressent pour rejoindre leurs salles de cours disséminées aux quatre coins du vaste espace paysagé.

27.000 étudiants circulent dans ce vaste établissement qui propose plus de 400 diplômes (licences, masters, DUT, diplômes de santé, d'ingénieur…) dans tous les domaines : droit, économie-gestion, arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales, mais aussi sciences, santé, STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives)...

Six campus pour une région

L'université est répartie sur six sites : le campus de Dijon qui accueille 90 % des effectifs, et les cinq campus "territoriaux" : Chalon-sur-Saône – qui abrite l'IUT (institut universitaire de technologie) et la capacité en droit –, Auxerre (où se situe l'Institut des techniques d'ingénieur de l'industrie de Bourgogne), le Creusot – où se trouvent des formations en sciences et techniques, en STAPS et en AES (administration économique et sociales) –, Mâcon (qui accueille deux masters pro de droit et la licence pro manager technico-commercial en PME-PMI) et Nevers (où l'on trouve les L1-L2 de droit, la licence d'administration publique et l'Institut supérieur de l'automobile et des transports).

"Ces campus permettent à des jeunes qui n'ont pas beaucoup de moyens de rester étudier dans leur ville d'origine", remarque Jean-Baptiste Baccon, VP (vice-président) étudiant en M2 de droit.

Une fac qui attire les étudiants

L'université tourne toujours autour du même nombre d'étudiants. Après une légère baisse de ses effectifs en 2012-2013, elle connaît cette année une progression notable des premières inscriptions en première année (+9,7 %) et du nombre d'étudiants en master 1 (+4,4 %). "Ce second point est un bon marqueur, car il signe notre attractivité hors de la région", se félicite le président de l'université, Alain Bonnin.

Meryl, 18 ans, étudiante en L1 de maths après une tentative en PACES (première année commune aux études de santé) originaire de Fontainebleau (77), a fait le choix de la région . "Je ne voulais pas aller à Paris. Je cherchais une fac à taille humaine. Je me suis renseignée, et l'UB, par laquelle des membres de ma famille étaient passés, avait bonne réputation", raconte la jeune fille, ravie.

Meryl, en L1 de Maths après une 1ère année de PACES, a trouvé dans l'uB une fac à taille humaine - Cécile Peltier=Meryl, en L1 de maths après une 1re année de PACES, apprécie la vie à l'UB. // © Cécile Peltier.

Une semaine d'accueil pour les nouveaux inscrits

En matière de réussite en licence, l'UB se situe plutôt en haut de tableau. En 2010, près de la moitié (49,9 %) des étudiants de l'UB ont obtenu leur licence en trois ans, contre 42,8 % en moyenne au niveau national. Les années précédentes, ils étaient 46,2 % et 47,5 %.

Mais rien n'est gagné : ce score "assez fluctuant" devrait être moins bon en 2011 et 2012. Pour tenter d'améliorer encore ses performances, en plus des classiques journées portes ouvertes, l'université mène un gros travail d'information des lycéens pour éviter les erreurs d'aiguillage. Elle a également mis en place une semaine d'accueil des étudiants. Au programme : visite du campus (UFR, BU, restau U...) par petits groupes de TD, sous la houlette d'un tuteur étudiant, avec présentation des différentes associations, concerts, etc.

Cette année, le président s'est fendu d'un discours. À terme, l'objectif est d'inclure une remise de diplôme officielle à l'américaine pour les docteurs. L'occasion de montrer aux petits nouveaux qu'on réussit aussi à l'université !

Des professeurs accessibles

Tous les étudiants croisés sur le campus sont unanimes : la vie à l'UB est "sympa", exceptés les quelques "bâtiments un peu vétustes" (le bâtiment droit-lettres va être entièrement rénové en 2014), les classiques "problèmes de chauffage", les files d'attente à l'entrée du resto U et autres couacs... Les professeurs sont notamment très accessibles. "J'étais surpris par rapport à ce que j'avais vécu auparavant, à Paris, où tout le monde est un peu de passage, témoigne Jean, en L1 de psycho. Il y a des lieux agréables où se poser, comme l'Atheneum, la salle de spectacle vivant."

Lucie-Jean (étudiant en L1 de psycho)-portrait de fac université de Bourgogne-(c) Cécile Peltier

Jean, étudiant en L1 de psychologie et sa sœur Lucie, ancienne de l'UB prennent un café au bar de l'Atheneum. // © Cécile Peltier.

Si l'architecture des bâtiments sortis de terre dans les années 1950-60 est inégale, le campus paysagé, parsemé d'œuvres d'art, est propice à la vie de campus. "Avec cette configuration, un étudiant de première année peut retrouver ses copains de lycée inscrits dans d'autres filières, et plus généralement, cela favorise le mélange entre les étudiants qui se croisent au RU ou à la BU", assure Jean-Baptiste Baccon. Même si dans les faits, comme partout, reconnaît Meryl, les étudiants ont tendance à rester un peu entre eux... Mais la vie associative, très développée à l'université de Bourgogne, est un moyen de rencontrer du monde.

La carte d'identité de l'université de Bourgogne
Étudiants
• 26.550 inscrits en 2012-2013
• 16.200 au niveau licence, 6.600 au niveau master dont 440 élèves ingénieurs et 1.100 en doctorat
• Taux d'étudiants boursiers sur critères sociaux en 2012-2013 : 36 %
• Taux d'étudiants étrangers : 11 %. Plus de 3.100 étudiants représentant 115 nationalités différentes.

L'enseignement
Près de 400 diplômes proposés à la rentrée 2013-2014 : 26 licences générales, 130 masters, 33 disciplines de doctorat, 15 diplômes universitaires technologiques, 45 licences professionnelles, 4 diplômes d'ingénieur, 10 préparations aux concours, 50 diplômes universitaires et 70 diplômes et spécialisations dans le secteur de la santé.

Personnels
2.900 agents salariés en poste au 1er janvier 2013, dont 1.530 enseignants-chercheurs et enseignants.

Les composantes
• 10 UFR (unités de formation et de recherche) ;
• 8 instituts : l'IAE, l'IUVV (Institut universitaire de la vigne et du vin), l'IPAG (Institut de préparation à l'administration générale), 3 IUT (Dijon-Auxerre, Chalon-sur-Saône, le Creusot), l'Institut Denis-Diderot et l'ISAT (Institut supérieur de l'automobile et des transports) ;
• 2 écoles : l'ESIREM (École supérieure d'ingénieurs de recherche en matériaux) et l'ESPE (École supérieure du professorat et de l'éducation).

Le budget
257 millions d'euros de dépenses prévisionnelles en 2013.

Sommaire du dossier
Retour au dossier L’UB : un pôle d’attraction en Bourgogne La licence SLIC de l’UB : entre info-com et linguistique, plus besoin de trancher UB-link : le Facebook de l’université de Bourgogne L’associatif à l’UB : l’autre moyen pour les étudiants de se former